Dossier à la UnePolitique

Kitebi visite l’usine de concassage SYCAMORE à Lemba Imbu

Le Directeur général du Font de promotion de l’industrie -FPI-, Patrice Kitebi, est plus que déterminé à créer une proximité entre son entreprise et les promoteurs des projets industriels, dans la finalité de cerner toutes les difficultés que rencontrent ces derniers dans l’évolution de leurs unités. C’est dans cette perspective que le patron du FPI a, le week-end dernier, effectué une descente à la carrière de l’usine de concassage SYCAMORE située au quartier Lemba Imbu, dans la commune de Mont-Ngafula, à près de 15Km du centre-ville de Kinshasa. Propriété d’une personnalité politique RD-congolais, cette carrière a été montée sur fonds d’une enveloppe totale d’USD 4 millions, dont le FPI a financé à près d’USD 1,8 millions. Au cours de la visite, le Directeur général Patrice Kitebi a assisté à un assai de production de caillasses, avec des machines ultra modernes installées dans cette usine de concassage. Satisfait de la qualité de production à cette étape, Patrice Kitebi a affirmé la volonté du FPI d’accompagner ce projet pour son optimisation. De son côté, Herman Mbonyo, responsable de ce projet, a indiqué que SYCAMORE, une industrie RD-congolaise à part entière, vise à produire, d’ici fin juillet 2017, la gamme complète des matériaux de construction notamment la caillasse, les graviers, moellons et autres.
 
La carrière de l’usine de concassage SYCAMORE a, le week-end dernier, reçu un visiteur de marque. Patrice Kitebi, Directeur général du Fonds de promotion de l’industrie -FPI-, s’est rendu dans les installations de SYCAMORE dans le cadre de sa politique de créer une proximité entre le FPI et les promoteurs des projets industriels, afin de s’imprégner de toutes les difficultés avec lesquelles ces opérateurs économiques travaillent. Sur place, Patrice Kitebi a visité l’ensemble de la carrière, jusqu’à assister à des essais de production de caillasses. Fier d’un projet appartenant à part entière à une personnalité politique RD-congolaise et dont le FPI a financé à la hauteur d’USD 1,8 millions, le DG Kitebi a affirmé la volonté de son entreprise d’accompagner ce projet jusqu’à sa chaîne de valeur. Selon Herman Mbonyo, responsable du projet, le financement du FPI a couvert l’acquisition des équipements, les outils de transport et les engins lourds. «La part du promoteur du projet est d’USD 2 millions. Nous faisons la matière première pour la construction. Nos principales fournitures sont les caillasses, les graviers, les moellons et les 02, en attendant de sophistiquer les choses parce qu’on peut aussi fournir un sable fin de très bonne qualité pour la construction ainsi que des blocs de bêtons. Nous avons une industrie qu’il faut, basée sur un partenariat gagnant-gagnant», a expliqué Herman Mbonyo. Pour faciliter l’exécution du projet, SYCAMORE a fait appel à l’expertise italienne pour s’assurer de matériels et du suivi de la maintenance. A en croire Herman Mbonyo, le projet a un impact social du fait qu’il engage des ingénieurs et ouvriers RD-congolais recrutés en général parmi les gens trouvés à Lemba Imbu. «Cette industrie est intégrée dans son tissu local. Nous sommes prêts techniquement, mais il y a des aménagements qu’on fait maintenant avec la construction du garage et station de fourniture du carburant», a-t-il conclu.
 
Satisfaction totale côté FPI
 
Etant dans la suite du Directeur général, le directeur chargé de la supervision, André Ilali Lukoji, n’est pas resté aphone quant à la qualité de montage de ce projet. «Le FPI est satisfait. Le profil de cet opérateur est celui d’un homme politique qui a mis en place une structure organisationnelle très forte. Nous sommes dans un profil d’un projet totalement accompli, pour lequel le FPI se décide d’accompagner jusqu’à sa chaîne de valeur. Nous avons aussi un promoteur qui a joué sa part d’autofinancement», a indiqué André Ilali. Et de conclure: «Dans ce secteur, nous n’avons pas beaucoup d’opérateurs nationaux. C’est un secteur qui participe au chantier de reconstruction, et qui demande aussi l’implication de la société». Par ailleurs, il y a quelques difficultés à résoudre avant le démarrage effectif de la production notamment, celle liée à la route. Les deux voies qui devront reliées la carrière au centre-ville exigent nécessairement d’être aménagées pour faciliter l’évacuation des produis. Se rendant compte personnellement de cette situation délicate, le Directeur général du FPI a promis de s’y impliquer vu que ce projet devra être une vraie chaine de valeur.
Quelques principales réformes engagées au FPI
 
Dans le cadre du redressement de l’entreprise, la Direction générale du FPI a engagé des réformes institutionnelles avec l’adhésion des cadres et agents du Fonds, déterminés de l’accompagner pour un nouveau FPI aux incidences socio-économiques évidentes. Il s’agit notamment de la restauration du Comité de direction; l’État des lieux et feuille de route; le Budget 2017; la Production du plan de trésorerie pour une meilleure planification et suivi des activités des directions, service autonome et entités provinciales; les différentes missions d’audit au sein du FPI, la Maîtrise des charges-des contrats renégociés aux meilleures conditions, d’autres résiliés…-; les Directions du siège et entités provinciales en fonction des crédits budgétaires leur alloués pour l’exercice 2017 ont reçu des assignations par des lettres de mission. Quant aux stratégies d’identification des opportunités d’investissements privés, la Direction générale du FPI a mis en place la Stratégie d’identification des opportunités d’investissements privés dans les 26 provinces avec comme objectif de financer dans chaque territoire au moins un projet en fonction des potentialités de celui-ci. Cette stratégie comprend l’identification des projets et des promoteurs, la préparation des études de faisabilité, l’organisation de la conférence des investisseurs et/ou la mobilisation des ressources financières extérieures pour l’exécution de la stratégie. Compte tenu de l’impact limité des financements accordés jusqu’ici, la nouvelle Direction générale s’est engagée à déployer une approche basée sur les chaînes de valeur. Concernant le secteur privé productif, la Direction générale a noté que l’option est définitivement levée de promouvoir le soutien au secteur privé productif à travers, particulièrement, l’appui direct aux petites et moyennes industries et aux petites et moyennes entreprises, spécialement celles engagées dans l’agro-industrie et inscrivant leurs activités dans le cadre des chaînes des valeurs…
 
Olitho KAHUNGU
 
 
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer