Dossier à la UnePolitique

Kin-kiey: l’après sortie médiatique

Tryphon Kin-kiey Mulumba, le grand Crabe, ministre des relations avec le parlement
Tryphon Kin-kiey Mulumba, le grand Crabe, ministre des relations avec le parlement
Après le passage de Kin-kiey à Paris et à Bruxelles avec une communication acier, rien sur Kabila ne sera plus jamais comme avant… Sans tabou
RFI, Africa 24, France 24, Le Soir, RTBF, Jeune Afrique, Notre Afrique…le tout, en 48 heures seulement! En plus, un même message, dans des mêmes termes, avec une même cohérence, une même détermination et une même ambition: militer pour la reconnaissance internationale de l’action de Kabila à la tête de la RD-Congo. Jamais un membre du gouvernement, mieux un membre de la MP n’avait réussi un tel coup dans ces médias, abandonnés aux opposants et autres détracteurs de Kabila. «Souvent, quand on y passe, c’est pour réagir, se justifier face à telle ou telle autre accusation contre le régime…» commente un élu membre de la MP qui salue l’action de KKM Try. Les experts en communication politique le savent, l’action est préférable à la réaction.
Et comme il fallait bien s’y attendre, la bombe Kin-kiey a encore fait des vagues et des victimes. Des dizaines de personnalités de l’Opposition ont aboyé sur quelques médias locaux et sur les réseaux sociaux, plus de 3 jours durant, avec des arguments mornes. D’autres n’ont pas hésité de verser dans l’insulte, la calomnie et la désinformation. Pendant ce temps, dans le camp de Kin-kiey, celui du Chef, peu ont été ceux qui ont osé dire mot!  
Où sont-ils passés, ces Kabilistes de premier rang? Où sont passés ces Samouraïs de l’Eternel censés porter leurs armures pour combattre en faveur du Raïs? Ils sont à compter du bout des doigts… Plusieurs sont sur leurs gardes alors que d’autres n’hésitent plus aujourd’hui à afficher leur comportement et exiger au Chef de se désigner un dauphin pour 2016. Si le G7 a cessé de fonctionner officiellement, dans les coulisses, le mouvement opère toujours et se serait même enrichi de nouvelles têtes. Tous sont hantés par une possible succession du Raïs en 2016. Mieux, y en a qui imaginent même déjà le film de la fin du régime. «Le climat actuel me rappelle exactement ce qu’on a vécu avant la chute du régime Mobutu…», commente une personnalité politique proche de la MP.
L’histoire ne se répétera peut-être pas, mais il faut rester vigilant. Comment ne pas y réfléchir? Le Bureau politique de la MP compte une trentaine de membres. Pareil pour le Gouvernement. Mais qui sont ceux qui sont en première ligne pour défendre ce Président qui leur a presque tout donné -postes ministériels prestigieux, des opportunités d’assumer  des postes de responsabilité-? Ailleurs lorsque le Président est sur une mauvaise pente, tous les siens sortent et vont au front. Oui, la politique est avant tout une question de conviction. On peut aujourd’hui tout reprocher à Kin-kiey. Son passé mobutiste puis, son passage au RCD. Mais personne ne lui en voudra sa loyauté et son attachement au Raïs. Pour être kabiliste il ne faut pas nécessairement avoir été à Hewa Bora. En Kabila, Kin-kiey parait croire dur comme fer. Il croit dur comme fer.
En politique, la loyauté est un principe d’or. On l’a vu très récemment en Grèce, à plus de 8000km de Kinshasa. Puis, juste en Face, de l’autre côté du majestueux fleuve Congo. On ne citera même pas l’exemple de l’autre voisin de l’Est, le Rwanda, qui vient de réussir en toute douceur une modification de la Constitution.
Pendant ce temps au Congo de Lumumba, Kabila est l’homme à battre. Cela, peu importe toutes les potentialités qu’il représente pour le Congo de demain. Cela, peu importe tout ce qu’il a accompli à la tête de ce pays, dans des conditions que tous savent, plaide Kin-kiey. Aujourd’hui, c’est au sein même de la Majorité présidentielle qu’on dit qu’il est presque minuit. Ceux qui osent raviver la fierté du Kabilisme qui a tant fait rêver ne sont pas du tout suivis. Des raisons sont diverses. Les uns peut-être par jalousie politique, d’autres par peur ou tiédeur …alors que certains ont déjà même tourné la page Kabila. Peu importe, pour Kin-kiey, le Raïs reste l’homme d’exception: «nous avons 400 tribus, contrairement à d’autres qui n’en ont que deux ou trois. Nous sommes un pays-continent, donc ce n’est pas le premier quidam qui peut maîtriser un tel pays». Affirmation faite il y a peu sur les antennes de Radio France internationale. Kin-kiey assume ses propos et se base sur des exemples vécus. «Chaque nation a connu ses hommes d’exception. Le Président Franklin Delano Roosevelt l’a été pour les Etats-Unis», assène-t-il. Très jeune alors qu’il succède à son père en 2001, peu ont été ceux qui lui ont accordé une chance à la tête de ce pays continent divisé entre plusieurs factions rebelles. Aujourd’hui, la RD-Congo a réécrite son histoire avec Kabila.
Sur ce point, même ceux qui ont osé répondre à Kin-kiey se sont cassé les dents. En premier, l’ex député et SG de l’UNC, Bertrand Ewanga, fraichement sorti de la prison quelques jours plus tôt. Rien à se mettre sous la dent dans sa communication totalement déphasée au cours de laquelle il appelle le peuple et leaders politiques à se désolidariser du dialogue politique qui sera convoqué et dont le ministre des Relations avec le Parlement a évoqué dans sur RFI. Puis, tous les suivistes de Kamerhe dont Martin Fayulu, Fabrice Puela, Jean-Baudouin Mayo…qui ont essayé d’aboyer dans le même sens… sans effet. Incompétents, pays des incompétents, c’est sorti de leurs bouches. En tout cas pas de Kin-kiey.
Puis, sur les mêmes antennes de RFI, 24 heures après Tryphon Kin-kiey, Eve Bazaiba, ancienne sociétaire de l’UDPS et actuelle SG du MLC, tombée très bas, dans la calomnie. Pire, elle a même démystifié Etienne Tshisekedi et Jean-Pierre Bemba, qui l’ont enrôlée tour à tour dans leurs formations politiques: «L’opposition ne peut pas être réduite seulement à deux individus au-delà de leur charisme politique…»! Sur les réseaux sociaux, chacun y est allé de son petit commentaire. Claude Mashala, cadre du PPRD, était parmi les rares qui se sont levés pour dénoncer l’intolérance dont est victime le camp Kabiliste. Malheureusement, comme Kin-kiey, il était presque tout seul parmi plusieurs. Ce qui illustre très bien l’image affichée depuis un temps par la Majorité présidentielle, caractérisée par des sorties médiatiques sporadiques et pas contrôlées. La cohésion, la discipline…ne semblent exister que de nom. Plus que jamais, le Chef est isolé, abandonné par les siens et livrés à ses détracteurs.
HMK

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer