Dossier à la UneSociété

Kasserine: la Tunisie au bord de l'implosion

 
Screenshot_2016-01-23-08-01-58
5 ans après la chute de Ben-Ali, le gouvernement fait face au plus grand mouvement de contestation contre le chômage et les inégalités sociales. Cette fois-ci, c’est de Kasserine que le mouvement est parti, après le décès par électrocution d’un jeune de 28 ans sur une pylône alors qu’il constatait contre son retrait d’une liste d’embauches dans la fonction publique. Avec plus de 30% de chômage, cette jeunesse, pourtant la mieux formée du Maghreb, déchante et ne voit aucune perspective heureuse. Le gouvernement, récompensé d’un “Nobel de la paix”, pour avoir réussi à gérer une transition délicate, tente de colmater les brèches mais ne se fait guère d’illusions sur une sortie rapide de crise. La France a promis un milliard d’aide mais ce sera loin de compenser le manque à gagner du tourisme. Ce secteur, principale ressource du pays, est touché de plein fouet par des attentats meurtriers ayant poussé des centaines de milliers de touristes à annuler leurs séjours dans ce beau pays. Le gouvernement a décrété un couvre-feu et redoute que la contestation, qui ne faiblit, pas gagne toutes les grandes villes du pays avec le risque de se transformer en soulèvement populaire. Ce qui serait du pain béni pour Daesh qui a déjà pris pied en Lybie et pourrait profiter du chaos pour élargir sa présence au Maghreb.
 
Léon Awazi Kharomon

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer