Dossier à la UneNationPolitique

Kasaï oriental : Maweja poussé vers la sortie

Unique gouverneur issu des rangs de l’UDPS après les élections du 10 avril 2019 remportées haut la main par les candidats FCC à travers le pays, le fils maison a douché les espoirs des siens…

Jean Maweja Muteba doit se présenter ce jeudi devant le Parlement provincial du Kasaï Oriental pour s’expliquer sur son bilan. Refusera-t-il encore de répondre à cette injonction comme la fois dernière en recourant à des parapluies politiques à Kinshasa? La question est sur toutes les lèvres après l’officialisation de ce nouveau rendez-vous.

Le gouverneur Maweja est visé par une motion de censure déposée mardi et signée par 16 députés provinciaux sur 24. Les élus signataires de cet acte de contrôle parlementaire lui reprochent essentiellement l’incompétence, le manque de vision et le détournement des deniers publics. Depuis quelques jours, la jeunesse de l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS- au Kasaï Oriental a lancé sur les réseaux sociaux la campagne «Maweja dégage!», étendue sur le terrain, pour  manifester son ras-le-bol contre le numéro 1 de la province surnommé «auto-but» par la base du parti, qui le juge incapable de réaliser son propre projet et de poser les gestes forts susceptibles de marquer les esprits.

Unique gouverneur issu des rangs de l’UDPS après les élections du 10 avril 2019 remportées haut la main par les candidats FCC à travers le pays, le fils maison a douché les espoirs des siens. Son manque de leadership avait déjà poussé le mouvement citoyen Lucha à lancer le hashtag #MawejaDoitPartir en novembre 2019, soit sept mois seulement après son élection à la tête de la province.

Face à la tension croissante et à une précédente initiative des députés provinciaux le ciblant, Maweja a sollicité et obtenu l’appui des parapluies politiques à Kinshasa pour se maintenir aux affaires. «Cependant, la situation du gouverneur en conflit ouvert avec les élus et la population devrait interpeller le président ad intérim de l’UDPS à Kinshasa, Jean-Marc Kabund, invité à se pencher sur la question qui va de mal en pis pour éviter un bain de sang, particulièrement à Mbuji-Mayi, à la suite des dérives totalitaires du gouverneur», a plaidé mardi un élu provincial pressant Maweja vers la sortie à la faveur de cette nouvelle explication.

Natine K.

Articles similaires

Fermer
Fermer