Dossier à la UnePolitique

Kamitatu: 10 attaques contre Kabila

Edition AfricaNews 1149
Voici un florilège des petites phrases assassines adressées du 2 au 14 novembre par l’ancien ami de Jean-Pierre Bemba à son désormais ex-mentor de la Majorité présidentielle
Olivier Kamitatu se tient éloigné de la presse depuis son départ du gouvernement et de la Majorité présidentielle -MP. Mais lorsqu’il échange avec ses correspondants et amis politiques, l’ex-ministre du Plan multiplie des petites piques perfides à Kabila. Si bien que ses petites phrases contre son ancien mentor qu’il évite soigneusement de citer nommément sont de plus en plus nombreuses.
La dernière en date l’a été samedi à l’ouverture du Congrès de l’aile de l’ARC qu’il dirige après son limogeage par le groupe resté fidèle à Joseph Kabila. «La République démocratique du Congo est une République et non un Royaume ni encore une monarchie constitutionnelle», a-t-il déclaré estimant inutile le dialogue que Kabila envisage de convoquer incessamment.
Puis: «En tant qu’ARC, notre devoir est de garantir que notre peuple pourra choisir ce dirigeant à temps. L’ARC doit s’engager à combattre avec détermination et courage tout projet funeste de transition illégitime, qui mette en péril la survie du pays qui est déjà fragile».
Si la tension entre les deux personnalités a atteint son apogée avec l’affaire G7 qui a précipité l’éviction de Kamitatu du gouvernement et son exclusion de la Majorité présidentielle, c’est surtout dans les médias sociaux, notamment sur Twitter, que l’ancien ami de Jean-Pierre Bemba balance régulièrement sur Kabila. Dans un tweet le 5 novembre, Kamitatu, amer à cause de la convocation du congrès de l’aile de l’ARC demeurée loyale à Kabila, a accusé le Président de débauchage. Une contradiction. Rien d’autre.
Ancien sociétaire du MLC et ex-principal lieutenant de Bemba, Kamitatu est aujourd’hui mal placé pour dénoncer une stratégie politique qu’il a personnellement renforcée. Le débauchage est-il la redoutable arme qui aide Kabila à affaiblir ses adversaires politiques? Cette question posée, après Bemba, l’ami de 30 ans abandonné en faveur d’un deal politique avec Kabila, Kamitatu a évolué dans le giron du Régime pendant dix ans.
En twittant constamment ces dernières semaines contre le Président de la République, le fait-il  avec l’objectivité et l »honnêteté que le public est en droit d’attendre de lui? En cherchant à dénoncer le débauchage aujourd’hui, Kamitatu avoue-t-il qu’il n’avait pas rallié Kabila par conviction? A en croire certains observateurs, l’ex-ministre du Plan a l’air d’une bête blessée depuis que Elysée Munembwe, Guy Mikulu et leurs amis ont décidé de livrer une guerre frontale contre lui.
Entre le souci de s’affirmer dans sa nouvelle identité d’opposant et de rester maitre d’un un parti en voie de lui échapper, il s’illustre par des phrases assassines contre son ancien mentor. En moins de deux semaines, il a posté une dizaine de tweets anti-Kabila. Un florilège d’attaques recensées par la Rédaction d’AfricaNews.
 
Samedi 14 novembre
-Tous les cinq ans il nous revient de remettre les aiguilles de l’horloge de la République à l’heure décidée par le peuple.
-La Majorité est obnubilée par la conservation du pouvoir à tout prix!
-L’ARC doit s’engager à combattre avec détermination et courage tout projet funeste de transition illégitime!
 
Jeudi 12 novembre
-Le G7 considère le dialogue sans objet dès lors que les questions à traiter sont de la compétence du Parlement, du Gouvernement et de la CENI!
-Les députés G7 disent officiellement non au dialogue en dénonçant un schéma extraconstitutionnel sur de problèmes relevant des institutions
Vendredi 6 novembre
-Une manière de dire qu’il ne faut pas perdre la bataille du référendum dont la première manche se jouera au Parlement.
-A moins de 12 mois des élections, on ne change pas de Constitution! Ni pour convenance personnelle, ni pour raison financière!
Jeudi 5 novembre
Pièces sonnantes et trébuchantes distribuées pour un pseudo-congrès de l’ARC! On ressort toujours la même vieille recette du débauchage!
Lundi 3 novembre
Le dialogue UDPS-PPRD n’est qu’une étape -très ardemment désirée- pour solder la Constitution
 
Dimanche 2 novembre
Engageons nous donc ouvertement à respecter le droit du peuple de nous sanctionner dans les délais et dans la transparence.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer