Dossier à la UnePolitique

Lac-sarl: le Bâtonnier Mbu bloque Matata

Conseil de l’ONG de défense des droits des Agents et Cadres de Lignes aériennes congolaises qui se trouvent présentement en procès contre la RD-Congo et la société LAC-SARL devant les cours et tribunaux, le bâtonnier vient de monter au créneau, choqué devant les méthodes peu orthodoxes utilisées par les dirigeants de cette entreprise précipitée dans l’abîme par des décisions illégales et inopportunes du gouvernement de la République

  1. Norbert Sengamali Lukukwa, président du comité de liquidation mis en place en violation de la loi, fait l’objet d’une correspondance sulfureuse de la part du Bâtonnier national qui a pris le soin d’en réserver copie pour information au Président de la République, au Premier ministre, au ministre de la Justice, Garde des sceaux et Droits humains, au ministre des Transports et Voies de Communication, au ministre du Portefeuille et au Conseiller spécial du chef de l’Etat en charge de la bonne gouvernance, lutte contre la corruption et blanchiment des capitaux. Au-delà de Sengamali, la menace est adressée au Premier ministre Matata dont le gouvernement est déterminé à liquider LAC-SARL contre l’avis du Sénat.  

L’avocat à la Cour suprême de justice dont les justiciables connaissent la pertinence des analyses, le courage des convictions et le franc parler, n’a jamais usé de la langue de bois quand il s’agit de dire le droit et d’éclairer la lanterne tant des autorités du pays que d’autres dirigeants placés aux commandes de différentes institutions de la nation.
Son souci permanent de la quête de la vérité l’a, une fois de plus, conduit à attirer la particulière attention du gouvernement et du président du comité de liquidation de LAC-SARL sur les conséquences fâcheuses s’ils s’entêtent dans la voie suivie présentement pour obtenir coûte que coûte la vente illégale des biens du patrimoine de Lignes aériennes congolaises.
 
La RD-Congo est un Etat de droit et non pas une République bananière
Le bâtonnier Mbu s’appuie, entre autres, sur l’article 56 de la Constitution qui stipule: «Tout acte, tout accord, toute convention, tout arrangement ou tout autre fait qui a pour conséquence de priver la nation, les personnes physiques ou morales de tout ou partie de leurs propres moyens d’existence tirés de leurs ressources ou de leurs richesses naturelles, sans préjudice des dispositions internationales sur les crimes économiques, est érigé en infraction de pillage puni par la loi.»
L’avocat saisit cette opportunité pour ramener sur terre et à des sentiments patriotiques et responsables les membres du Gouvernement qui couvrent et soutiennent l’administrateur délégué de LAC-SARL et directeur commercial de Congo Airways dans son comportement illégal. Il rappelle à tous les protecteurs inconditionnels de ce dirigeant le mandat reçu de saisir la Cour constitutionnelle pour haute trahison et un comportement inconstitutionnel au cas où ces membres de l’Exécutif se cabreraient dans cette position de complices d’actes prohibés par la loi.
La RD-Congo étant un Etat de droit et non pas une jungle, il est hors de question que les principaux acteurs de cette liquidation illégitime et forcée puissent passer outre la justice pour faire aboutir leur démarche machiavélique et mercantile. Aussi sont-ils tous invités à avoir des égards et soumission aux lois de cette République que ce fervent défenseur de la loi croit ne pas être une République bananière.
Tino MABADA
Scan0001 Scan0002
Mise en garde à l’endroit d’éventuels acquéreurs des biens du patrimoine de LAC-SARL
Intervenant à chaud, le secrétaire général de DAC/ONG attire la particulière attention des prétendants acquéreurs illégaux des biens du patrimoine de la première compagnie aérienne nationale qui sont protégés autant par les lois nationales qu’internationales sur les risques encourus dans leur démarche. Aussi, ont-ils intérêt à prendre des distances pour ne pas regretter plus tard les fonds décaissés par les décisions des instances judiciaires.
Par ailleurs, la séance d’ouverture hier jeudi des enveloppes contenant les prétentions des soumissionnaires désireux d’acquérir les biens du patrimoine de LAC-SARL, a été reportée sine die. Certains soumissionnaires intéressés par cette manne croient savoir que la situation peut être décantée d’ici le week-end de manière à leur permettre de présenter leurs garanties.
Cependant, à lire correctement entre les lignes la correspondance du Bâtonnier national Mbu ne Letang, il apparaît nettement que cette mise en garde concerne aussi et surtout les éventuels acheteurs des biens du patrimoine qui ne s’en prendront qu’à eux-mêmes au regard des prescrits de la loi. Un homme averti…
Tino MABADA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer