Dossier à la UnePolitique

Kamerhe-Lubaya: avis de rupture?

Kamerhe et LubayaLe secrétaire général adjoint de l’UNC a beau nier la paternité de l’UDA Originelle et le début de son départ en douceur de l’UNC, des signes palpables laissent planer des doutes quant à sa sincérité et sa loyauté à Kamerhe: il est mêlé à l’acquisition du siège inauguré samedi à Kimbangu et à l’appui financier accordé aux candidats députés provinciaux du parti repris au défunt père 
A l’UNC, les liens entre le secrétaire général Claudel Lubaya et l’UDA Originelle, un parti concurrent, sont un secret de polichinelle. Mais, pour l’heure, la direction du parti kamerhiste joue la carte du silence.
Un précédent article d’AfricaNews dédié à la relance des activités de l’UDA-Originelle, le parti de feu André Guillaume Lubaya par son fils, le député UNC Claudel Lubaya, avait aussitôt valu à son auteur le reproche d’être au service des détracteurs de l’ancien cadre du PPRD entré en dissidence au même moment que Vital Kamerhe. Mais à la veille et après l’inauguration du siège de l’UDA Originelle samedi 22 août, quartier Kimbangu, commune de Kalamu, Lubaya a été très actif, contactant personnellement des journalistes et d’autres invités, voulant s’assurer que tout va se passer comme prévu par l’organisation.
Lubaya n’a pas boudé son plaisir de partager lundi 24 août à 13h 32’ sur sa page Facebook un article de 7 sur 7.cd faisant le compte rendu de la manif. Même si l’UDA Originelle est un parti affilié à la plateforme Dynamique de l’opposition pour l’unité d’action proche de Kamerhe et hostile à un troisième mandat consécutif de Kabila, les faveurs qu’il obtient du cadre de l’UNC font jaser. «Avec son implication active dans l’organisation et la couverture médiatique de l’inauguration du siège de l’UDA Originelle, Lubaya serait bien inspiré pour continuer cette partie de cache-cache», commente-t-on.
Sans nul doute, entre l’UNC et son secrétaire général adjoint, c’est bien le jeu de la cachette, le «hide and seek». «Lubaya, fatigué de subir l’influence de la coterie qui règne sur le parti n’a plus le cœur à l’UNC. Mais il s’efforce de garder le cordon ombilical et n’ose pas officialiser son départ dans l’immédiat pour préserver son siège de député», affirme un de ses suivistes.
Même attitude dans les rangs de l’UNC, où presque tous sont au courant des infidélités de leur élu avec la formation politique de son défunt père mais presque tous font la fine bouche. Des analystes ont le sentiment que cette stratégie relève d’un périlleux numéro d’équilibristes. Qui dégainera le premier au risque de perdre les avantages liés au siège de l’UNC à l’Assemblée nationale? A ce stade, c’est donc la ruse, le silence. Pas question de faire de cadeau à «Tatu» Lubaya comme on l’a fait avec le bouillant Justin Bitakwira, ouvertement réfractaire à la ligne du parti mais dont le siège à l’Assemblée nationale n’a jamais été menacé.
Pourtant les anti-Lubaya ont déjà trouvé un autre os à ronger: l’appui financier que le député de Kananga aurait accordé aux 58 candidats députés provinciaux de l’UDA-Originelle. Mais ils n’osent pas en discuter avec l’intéressé. Ce que les observateurs appellent pudiquement «une rupture silencieuse».
AKM

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer