Dossier à la Une

Kabila désir en mode musique

Les membres du bureau de l'Association Kabila désir, en compagnie du journaliste François Soudan de Jeune Afrique
Les membres du bureau de l’Association Kabila désir, en compagnie du journaliste François Soudan de Jeune Afrique
Après la sortie officielle avec fracas à Bruxelles et à Kinshasa, l’association des Kabilistes s’est doté d’un hymne officiel chantant les réalisations du Raïs, interprétée par la reine du mutuashi, Elisabeth Tshala Muana
Avec Kabila désir, tout ne fait que commencer. Vendredi 10 octobre, quelques membres du collège de conseillers ainsi que le comité directeur de cette structure s’étaient donné rendez-vous au salon Lubumbashi du Grand hôtel Kinshasa. Au menu: la présentation de la chanson Kabila désir, une composition du professeur Tryphon Kin-kiey Mulumba et de l’artiste musicienne Tshala Muana.
Dans la salle, sont également présents, quelques RD-Congolais de l’étranger revenus désormais au pays grâce à un programme «come back and see», mis en place par l’Association, la presse locale… et le surprenant François Soudan, Directeur de Jeune Afrique dont le dernier séjour sur le sol RD-congolais date de plus de 7 ans.
Kabila désir ou un désir de Kabila! Pour le professeur Tryphon Kin-kiey, président de cette structure, il s’agit d’un cri de cœur, un envie de voir de se pérenniser les grandes transformations initiées et menées à tous les niveaux par le Raïs. Outre l’objectif de fédérer tous les RD-Congolais ayant la passion de Kabila et de ses œuvres, KD s’est dotée d’une autre ambition, celle de vendre positivement l’image du pays à l’étranger, surtout auprès de la diaspora RD-congolaise.
Selon KKM, il faut à tout prix combler ce gap d’informations qui expose la jeunesse RD-congolaise vivant à l’étranger à toute sorte d’endoctrinement et de haine contre la mère patrie. Pour y arriver, ce n’est pas de l’imagination qui a manqué à Kin-kiey et ses amis. Le projet «come back and see» vient de voir le jour. Il vise à organiser des retours volontaires de tous les RD-Congolais vivant à l’étranger et désireux de revenir au pays. Les premiers bénéficiaires sont déjà dans la capitale.
Surpris agréablement par les miracles de Kabila, ils sont tous motivés à s’installer durablement dans la capitale RD-congolaise. La presse internationale est aussi mise à contribution. D’où la présence au salon Lubumbashi du GHK, de François Soudan, directeur de la revue Jeune Afrique.
 
Réactions positives
Pour atteindre toutes les couches de la population, le bureau de l’Association s’est décidé de recourir aux services de l’artiste musicienne Tshala Muana, réputée pour son activisme dans la composition et l’interprétation des chansons patriotiques.
Kabila désir, comme le nom de l’Association elle-même, c’est le titre donné à ce chef-d’œuvre applaudit dès la première seconde jusqu’à la dernière. La chanson met en exergue les réalisations de Kabila, les objectifs de l’Association et le désir de Kabila.
Homme de culture, le professeur Joseph Ibongo, DG de l’Institut de musées, a eu le mérite d’expliquer de très belle manière le contenu de cette chanson, devenue désormais l’hymne officiel de l’Association. «Un désir se contamine…il se fait sentir! C’est l’objectif visé par cette chanson. Nous devons, nous, membres de cette Association, transmettre ce désir à tous nos concitoyens», explique-t-il. A voir les réactions suscitées dans la salle à l’écoute de cette chanson, on peut dire que le pari est gagné d’avance. L’agencement des idées, le tempo…une véritable matérialisation de l’intelligence de Kin-kiey et de l’expérience vieille de plus de 35 ans de «la mamu nationale».
«Kabila est un joker. Un joker, il ne faut jamais le perdre», lance Tryphon Kin-kiey à tous les membres de l’Association Kabila désir présents à la matinée. La détermination et l’engagement de Kin-kiey tout comme celui de Joseph Bangakya ou de JP Kambila et du professeur Tshibangu Kalala pour les actions de Kabila n’est plus à démontrée. Loin de rester dans les discours, le quatuor de tête de KD promet des projets concrets visant l’appropriation de l’œuvre de Kabila.
HMK       

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer