Dossier à la Une

Effet Faso: Kin-kiey dégaine

Joseph Kabila et Tryphon Kin-kiey lors de l'inauguration de la station d'atterrage à fibre optique à Muanda
Joseph Kabila et Tryphon Kin-kiey lors de l’inauguration de la station d’atterrage à fibre optique à Muanda
Même absent du pays, le président de l’ASBL Kabila désir suit avec attention toute l’actualité du continent noir. Dans une intervention dans la presse, l’homme rassure, détruit les thèses de l’Opposition, arguments à l’appui 
S’attendre à ce que Kin-kiey manque des réactions face aux récents événements survenus au Burkina Faso et que plusieurs politiciens prédisent pour la RD-Congo, c’est mal le connaitre. Depuis l’étranger où il se trouve en mission officielle, le crabe est sorti de son silence, défendant comme d’habitude son choix et celui de millions d’autres RD-Congolais: Joseph Kabila. Autorité morale du Parti pour l’action -P.A-, membre du Bureau politique la Majorité présidentielle -MP-, député élu et l’unique réélu de sa circonscription électorale en 2011, ministre des Postes, télécommunications et Nouvelles technologies de l’information et de la communication, Tryphon Kin-kiey calme le jeu, mieux…démonte les thèses des antis-Kabila, en plaçant avant tout l’intérêt supérieur de la nation.
Il est très rare voire impossible que KKM rate une sortie médiatique. Lors de la toute dernière, le ministre ne s’est pas empêché de faire un parallélisme entre le Burkina Faso et la RD-Congo. «Le Burkina Faso n’a aucune réalité ni politique, ni identitaire avec la RD-Congo, aucune! Il faut aux hommes politiques RD-congolais rester sereins, mobilisés autour du pays, autour de la Nation!».
Puis: «Le Burkina, effet contagion! Le Burkina effet domino! Voyons le printemps arabe dont tout le monde parle…en RD-Congo! Oui, il y a eu Tunis qui a dégagé Ben Ali et qui se remet grâce à une intelligence et une culture exceptionnelles, avec d’anciens de Ben Ali! Oui, il y a eu Le Caire, avec Mubarak, qui n’en finit pas avec cette crise qui n’a pas dit son dernier mot, avec les Frères musulmans! Oui, il y a Tripoli mais où se trouve aujourd’hui la Libye? La Libye qui en imposait tant à l’Afrique et au monde avec un certain… Kadhafi! La mort de Kadhafi a-t-elle réglé un problème ou a créé des problèmes à l’Afrique, au monde avec des tragédies jihadistes… au Mali, au Nigeria, au Cameroun? Et où est la Libye elle-même? Où sont ses institutions? Mais en même temps, le Maroc ne s’est-t-il pas sauvé de ce printemps arabe avec son Roi? L’Algérie ne s’est-elle pas maintenue avec son président Bouteflika, très âgé, très malade, se déplaçant sur un fauteuil roulant et, cela, au nom de la stabilité, au nom de la survie de la Nation? Le printemps arabe a-t-il emporté le Roi Abdallah II de Jordanie? Je dis: à tout, il y a un contexte, une histoire! Ce que la RD-Congo a connu, le Burkina Faso ne l’a jamais connu! Mieux, aucun pays au monde ne l’a connu! Le Burkina Faso n’a aucune réalité ni politique, ni identitaire avec le Congo, aucune! Il nous faut au Congo rester sereins, mobilisés autour du pays, autour de la Nation!».
Un argument qui vient couper le souffle à tous ceux qui envisagent l’hécatombe pour le régime de Kabila, prédisent l’Apocalypse. Puis, quand on lui demande s’il n’a pas peur de la suite des événements, KKM répond: «Kabila désir poursuit trois objectifs inscrits dans ses statuts: réhabiliter l’œuvre de Kabila; faire reconnaître par la nation l’œuvre de Kabila; dédiaboliser notre Président de la République. Plus que jamais ces objectifs sont d’actualité».
Et d’ajouter: «Il nous faut travailler en interne, auprès de notre peuple, le peuple de la RD-Congo; travailler en externe notamment auprès de notre diaspora -les diasporas ont toujours joué un rôle dans les changements qui s’opèrent dans le monde notamment grâce aux TIC. Il nous faut agir sur les réseaux sociaux -je l’ai toujours dit, notamment dans le cadre de notre programme Charter pour la diaspora afin de donner la possibilité à nos frères de l’étranger de revenir au pays et de voir ses nouvelles réalités. Car c’est l’absence de l’information qui conduit souvent à des excès. Il nous faut éclairer ceux qui gouvernent le monde, prennent les décisions qui touchent nos pays en allant vers des supports qui les touchent afin qu’ils puissent être correctement informés. C’est une question de responsabilité».
Déjà, trois jours plutôt, sur son compte twitter, actualité oblige, Kin-kiey écrivait: «une Majorité présidentielle ou une dynamique légitimiste existe en RD-Congo. Elle sait s’exprimer lors de grands enjeux. Je m’en félicite».
Henry MBUYI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer