Dossier à la UnePolitique

Docteur honoris causa: le titre de Matata remis en cause

Matata photo ok
Les mérites et les performances économiques alignées par le Premier ministre, Matata Ponyo, font de lui désormais Docteur Honoris Causa, titre lui décerné samedi 28 novembre par le monde universitaire RD-congolais réuni à l’Université protestante du Congo -UPC- prise d’assaut par des invités du monde politique, économique, social et culturel, a exulté samedi le site officiel de la Primature. Fête gâchée: la remise de ce titre honorifique coïncide avec le décaissement de la part de la RD-Congo destinée à compléter un financement des partenaires américains et allemands destinés à la contruction de nouveaux bâtiments dans cette institution universitaire privée
 
Samedi 28 novembre à 15h15. Le compte Twitter de la Primature poste un message qui laisse pantois: «L’Université pédagogique national a décerné le titre de Docteur Honoris Causa à @Mapon_Mata #UPN #UPC». «C’est plutôt l’Université protestante», réagit le Premier ministre à 17h59 sur son compte Twitter personnel.
N’empêche. Sur le site internet officiel de la Primature on exulte en ces termes: «Les mérites et les performances économiques alignées par le Premier ministre, Matata Ponyo, font de lui désormais Docteur Honoris Causa, titre lui décerné samedi 28 novembre par le monde universitaire RD-congolais réuni à l’Université protestante du Congo-UPC- prise d’assaut par des invités du monde politique, économique, social et culturel».
La Primature est d’avis que «c’est donc une belle récompense pour un fils de la République Démocratique du Congo, avec honneur à qui UPC a décerné le prestigieux et rarissime titre de Docteur Honoris Causa, un acteur issu du moule de l’Université de Kinshasa -UNIKIN- et pour lequel le professeur Adolphe Ilashi Ushengo, président du jury, a justifié le choix porté au Premier ministre Matata Ponyo: recherche de l’excellence, constance, ténacité, sérieux, discipline…Autant de qualités réunies en un seul homme qui a réussi à bâtir une gestion économique du pays mises en exergue par le président du jury».
La Primature affirme également: «De la cérémonie de samedi dans la matinée, on retiendra qu’après le prononcé du jury, le Professeur-Recteur de l’UPC, Monseigneur Ngoyi Bolia, a remis au récipiendaire le diplôme et l’a revêtu de la toge et de la toque, symbole que Matata Ponyo entre désormais au panthéon d’hommes ayant marqué l’histoire de la RD-Congo».
Invité pour présenter sa leçon académique, le récipiendaire Matata Ponyo axe son intervention sur la «Situation macro-économique et croissance économique en République Démocratique du Congo de 2002 à 2015, de la théorie à la pratique», vantant «des performances sociales exceptionnelles réalisées par la RD-Congo, affirmant qu’elles trouvent leur explication dans le leadership fort et la bonne gouvernance». On est donc satisfait à la Primature.
Mais, la manifestation suscite de l’indignation dans divers milieux. Et pour cause: selon un député UDPS, la décoration s’est déroulée en temps suspect. «Vaste blague… Plaisanterie de mauvais goût», lit AfricaNews sur la page Facebook du député UNC Claudel-André Lubaya.
«Matata Ponyo a été élevé au titre de docteur moyennant $$$..», tweete, pour sa part, Vac Radio. Les symboles représentant la devise américaine dans ce tweet en disent long.  Le titre est remis en cause. AfricaNews apprend que l’UPC a obtenu des partenaires allemands et américains un financement pour la construction de nouveaux bâtiments pour ses étudiants. Alors que dans les usages, le pays de l’institution bénéficiaire de ce type de don doit apporter sa contribution, on présume que le gouvernement a conditionné sa contribution à hauteur d’USD 1 million à un geste en faveur du Premier ministre.
On apprend également que le recteur de l’UPC, embarrassé, a soumis la proposition au Conseil facultaire dont les membres étaient estomaqués et divisés. Cependant, à en  croire les mêmes sources, l’UPC a dû se plier en vertu du principe «qui paie commande» ou «la main qui donne est toujours au dessus».

YA KAKESA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer