Dossier à la UneEtrangerPolitique

Coup d’État manqué : le Burkina s’en remet à la Côte d’Ivoire pour l’affaire Soro

 
Le commissaire du gouvernement auprès le tribunal militaire de Ouagadougou a annoncé lundi qu’il renonçait à son mandat d’arrêt contre le président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro pour son implication présumée dans le coup d’État manqué de septembre 2015 mais a demandé à la Côte d’Ivoire de le poursuivre dans le cadre d’une autre procédure dite de “dénonciation”.
« En ce qui concerne Guillaume Soro (…), le parquet (du tribunal militaire) a opté pour la procédure de dénonciation (et) comme nous avons dénoncé les faits (…) nous n’avons plus compétence d’émettre un mandat d’arrêt contre Guillaume Soro », a déclaré lundi 6 juin le commissaire du gouvernement auprès le tribunal militaire de Ouagadougou, le commandant Alioune Zanré, lors d’une conférence de presse.
Selon lui, en raison de « conventions multilatérales et bilatérales qui lient le Burkina aux autres organisations et pays (…) l’extradition n’est pas possible en matière d’infraction politique » et « en matière d’infractions militaires ».
Par ailleurs, Interpol lui aurait fait savoir « qu’il n’exécute pas les mandats concernant les infractions politiques ou de juridictions d’exception comme celui du tribunal militaire ». « Face à ces obstacles, que pouvons-nous faire, si ce n’est changer de fusil d’épaule ? », a-t-il lâché.
« Que pouvons-nous faire ? »
Cette déclaration semble mettre fin aux prétentions burkinabè d’éclaircir l’affaire de l’enregistrement d’une conversation supposée entre Djibrill Bassolé, ex-ministre des Affaires étrangères du Burkina, et Guillaume Soro, niée par les deux intéressés, qui empoisonne les relations entre les deux diplomaties depuis des mois

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer