Dossier à la UneNationSociété

RDC : La Corniche de Kinshasa est devenue un challenge, Sakombi Molendo a été s’imprégner de l’expérience de Brazzaville

Vers la matérialisation du projet Corniche de Kinshasa. Une délégation ministérielle de la RD-Congo s’est imprégnée de l’aménagement de la corniche de Brazzaville. Objectif: moderniser ces espaces de deux capitales les plus rapprochées du monde et séparées par le Fleuve Congo…

L’érection de la Corniche de Kinshasa prend les allures d’un challenge pour le ministre des Affaires foncières Aimé Sakombi Molendo, revenu, dimanche 16 août 2020, d’une mission d’urgence à Brazzaville. En compagnie de Pius Mwabilu et d’Agée Matembo, respectivement ministre d’Etat à l’Urbanisme et habitat et ministre de l’Aménagement du territoire, Sakombi Molendo, qui coiffe la commission ad hoc d’experts pour la matérialisation de ce méga projet, a effectué, jeudi 13 août 2020, le déplacement de la ville verte sur invitation de l’entreprise promotrice de ce projet en vue d’évaluer la qualité du travail similaire qu’elle y est en train d’exécuter.

Sur place, la délégation ministérielle RD-congolaise s’est imprégnée de l’aménagement de la corniche de Brazzaville à la faveur d’un chapelet de visites dans différents sites de la capitale congolaise: la corniche de Brazza, les tours jumelles, le Brazzaville mall, l’Université Dénis Sassou Nguesso de Kintele, le Centre international de conférence de Kintele. Au terme de cette visite et après une séance de travail avec le ministre Brazzacongolais de Grands travaux, Jean-Jacques Bouya, Pius Mwabilu a déclaré: «Nous avons compris les explications de notre frère Bouya. Comment il compte aménager cette corniche. Nous avons fait une bonne visite parce que nous avons vu tout ce que nous voulions voir. Je suis content parce que je sais que d’ici une année nous pourrons venir faire quelques courses à Brazzaville au lieu d’aller à Dubaï ou Paris. Nous espérons que nous aussi, dans les années à venir, nous pourrions faire de même de manière à ce que nos frères du Congo puissent traverser chez nous et faire de même».

C’est un nouveau pas considérable que vient d’effectuer la RD-Congo vers la matérialisation du projet Corniche de Kinshasa après la mise en place par Sakombi Molendo d’une commission ad hoc d’experts. De cette commission, des propositions sont sorties, notamment l’indemnisation des occupants actuels et la définition d’un chronogramme des opérations à réaliser entre la remise officielle de son rapport et la pose de la première pierre par le Président de la République.

L’érection de la Corniche à Kinshasa est un projet qui vise la valorisation et l’embellissement de la zone côtière du Fleuve Congo aux standards internationaux par l’aménagement des logements collectifs, commerces, bureaux, centre culturel et hôtel. C’est un projet immobilier et d’urbanisation à usage mixte sur une superficie de 187ha, repartie en 4 zones. La première va de la résidence actuelle de l’ambassadeur de France au Palais de la nation, couvrant une superficie de 24,56ha et composée de logements collectifs, maison individuelle et commerce. La deuxième zone part du Palais de la nation à l’embouchure de la rivière de la Gombe, occupant une superficie de 33,07ha et va abriter restaurants, commerce, hôtels et logements collectifs.

Vaste de 77,79ha, la troisième et plus vaste zone de la Corniche de Kinshasa s’étend entre la rivière Gombe et le chantier naval de Chanic au niveau de la baie de Ngaliema. Elle sera faite de bureaux, restaurants, commerces, hôtels, river club, logements collectifs, maison individuelle, parc thématique et théâtre.

La quatrième a la particularité d’être totalement érigée sur le Fleuve Congo à partir du chantier naval jusqu’au collecteur situé au Mont Ngaliema, soit une superficie de 52,23ha. Elle sera composée de bureaux, restaurant, commerce, hôtel, logements collectifs, culturel et éducationnels, centre culturel.

Au-delà du rayonnement de la capitale RD-congolaise, le projet de Corniche de Kinshasa va aussi contribuer à la création des emplois dont 8.000 pendant sa réalisation et 4.000 une fois les travaux finis.

Selon le ministre Sakombi Molendo, complété par ses collègues Mwabilu et Matembo, le financement de ce projet immobilier est assuré et dédié non seulement à offrir une architecture moderne et un rayonnement design à la ville de Kinshasa, mais aussi et surtout à résorber le déficit des logements, à doter la ville d’un site touristique de premier plan.

Laurent OMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer