Dossier à la UnePolitique

RDC : Au-delà de la nomination de Kabuya comme informateur

Président réélu à l’issue de la Présidentielle du 20 décembre dernier avec 73,48%, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a nommé, le mercredi 07 février, Augustin Kabuya Tshilumba, secrétaire général de l’UDPS/Tshisekedi, informateur. Cette nouvelle a été divulguée dans un communiqué de la Présidence de la République, signé par le Directeur de cabinet et publié le mercredi 07 février.

Cadre du parti présidentiel -UDPS/Tshisekedi et membre du présidium de l’Union sacrée de la nation, Augustin Kabuya, affectueusement appelé «Muana Bute» par les siens, a ainsi reçu mandat d’identifier formellement une coalition majoritaire à l’Assemblée nationale en vue de la formation du prochain gouvernement. Le communiqué précise que le Chef de l’Etat a agi ainsi conformément aux dispositions de l’article 78 de la Constitution de 2006. L’informateur a 30 jours renouvelables pour consulter les partis, regroupements et personnalités politiques, toutes tendances confondues, appelés à siéger à l’Assemblée nationale, aux termes des résultats provisoires des législatives nationales.

«Aucun de ces partis n’a atteint la majorité absolue des sièges», a rappelé ledit communiqué. L’informateur désigné va rendre les conclusions de sa mission au Président de la République pour lui permettre de nommer le Premier ministre.

Distributions des cartes

Selon notre Constitution, le Premier ministre est nommé parmi la majorité parlementaire. Selon une certaine indiscrétion, la représentativité régionale est déjà au centre de discussion au sein de l’Union sacrée de la nation. Le partage se fera de sorte que chaque zone linguistique spot représentée. Mais de quel parti ou regroupement politique sortira le nouveau chef du gouvernement? Les spéculations vont dans tous les sens.

A l’UDPS, on estime que cette oiseau rare serait fils du parti présidentiel originaire d’une autre province que celle du Président de la République. A ce sujet, les provinces de Grand Equateur et du Kongo Central sont citées pour fournir le nouveau Premier ministre. Quant au Grand Kivu, il pourrait assumer la présidence de l’Assemblée nationale pendant que celle du futur Sénat serait attribué à la Grande Orientale. Dans ce cas, à l’Assemblée nationale, le parti présidentiel se contenterait du poste du 1er vice-président et celui du rapporteur serait attribué au Grand Katanga.

«Augustin Kabuya, notre secrétaire général, siégera à l’Assemblée nationale en vue de gérer l’UDPS durant le 2ème quinquennat de Félix-Antoine Tshisekedi en tant que gardien du temple et fils politique d’Etienne Tshisekedi», a confié un cadre de l’UDPS, soulignant que dans la mesure du possible «le Professeur André Mbata Betukumesu siégera également à la Chambre basse du Parlement pour booster les différentes réformes législatives au cas où il ne serait pas nommé au cabinet du Chef de l’État au collège PAJ».

Quant à l’espace Grand Bandundu qui vient de gérer l’Assemblée nationale à travers le doyen Christophe Mboso Nkodia Pwanga, il aura sa part au sein du gouvernement et parmi les autres membres des bureaux de deux chambres du Parlement. Les autres distributions des cartes se feront au niveau provincial. «Car les sociétaires de l’Union sacrée de la nation seront appelés à soutenir la candidature du parti ou regroupement politique qui aura plus des députés provinciaux», apprend-on. Avec cette logique, la ville de Kinshasa reviendrait à l’UDPS.

Au nom de la cohésion et unité nationales prônées par le Chef de l’État et de sa main tendue vers l’Opposition, la nomination de certaines personnalités politiques et leaders de la Société civile au sein du nouveau gouvernement n’est pas exclu. Tout compte fait, les conclusions que l’informateur remettra au Chef de l’Etat constitueront une boussole pour le Chef de l’État.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page