Dossier à la UneSociété

Affaires foncières: Sakombi Molendo arrache la prime de permanence pour ses agents

C’est une longue lutte qui finit par payer. Sakombi Molendo, ministre des Affaires foncières, vient enfin d’arracher la prime de permanence en faveur des agents de son ministère. Une motivation longtemps attendue comme tant d’autres par ces agents des Affaires foncières, comparativement à leurs collègues d’autres ministères qui touchent la prime de risque, la prime de diplôme voire la prime de technicité.

Cette victoire témoigne de la volonté politique du ministre Sakombi Molendo pour l’amélioration des conditions de travail des agents et cadres de son ministère. Cette prime de permanence sera programmée dès que le Budget 2022 passe au niveau du Parlement.

Le SG Mugangu loue le combat mené par le ministre Sakombi

Selon des sources proches du cabinet du ministre Sakombi, hormis la prime de rétrocession pour les recettes réalisées, les agents de l’administration foncière auront bel et bien cette deuxième prime. Visiblement satisfait, le Secrétaire général des Affaires foncières, Gérard Mugangu, a loué le dynamisme, la vision et le combat mené par le ministre Sakombi pour arracher cette deuxième motivation en faveur des agents.

«Nous avons décroché la prime de permanence, elle sera programmée après l’adoption et la promulgation de la loi des finances. Félicitations au ministre Sakombi qui s’est battu pour donner le sourire aux agents de l’administration foncière», a applaudi le SG Mugangu. En outre, le ministre des Affaires foncières s’attaque à la modicité de la prime de rétrocession sur les recettes mobilisées. C’est dans cette optique qu’il multiplie des stratégies pour stopper le coulage des recettes.

Améliorer les recettes de l’Etat

Pour y parvenir, Sakombi Molendo se montre trop tranchant et préconise la bancarisation des opérations foncières, l’informatisation de tous les services ainsi que le recours à l’expertise extérieure pour stopper cette tendance à la minoration des recettes.

«Notre objectif sera d’améliorer les recettes de l’Etat, d’optimiser les rendements du personnel administratif, de mettre en exécution les projets de bancarisation obligatoire sur toutes les opérations foncières et immobilières, en ce qui concerne les mutations, les prêts et hypothèques bancaires de plus de dix mille dollars américains de transaction afin de recouvrer sans désemparer les droits proportionnels qui reviennent à l’Etat RD-congolais. Ce qui va mettre fin aux pratiques de minoration des frais dus à l’Etat, et permettre d’augmenter substantiellement les ressources générées par notre administration», avait-il rappelé lors d’un séminaire de renforcement des capacités des agents de l’administration foncière du Kongo central.

OK

Articles similaires

Fermer
Fermer