Dossier à la UnePolitique

RDC : Thambwe Mwamba résiste à la double offensive

Mais le speaker de la chambre haute du Parlement RD-congolais tiendrait-il encore pour combien de temps car la session ordinaire de mars c’est pour bientôt? La question taraude les esprits

Alexis Thambwe Mwamba, président du bureau du Sénat, fait face à une double offensive judiciaire et politique, quatre jours seulement après la déchéance du Premier ministre issu de son camp. L’aspect juridique repose sur la demande du Procureur général Près la Cour de cassation faite aux sénateurs d’autoriser son audition par la Haute cour. Tandis que le côté politique est lié la pétition le visant. Considérant le sort qui été réservé à la Présidente de l’Assemblée nationale et menacé par une pétition pour déchéance, Thambwe Mwamba semble s’être fait à l’idée qu’il sera destitué: «si ceux qui m’ont donné le mandat décident que je dois partir, je vais partir, ce n’est pas fin du monde».Mais à la faveur de la session extraordinaire qu’il a ouverte et clôturée à la hâte et à huis-clos au Palais du peuple mardi 2 février, il semble se tirer d’affaires. Mais pour combien de temps car une session ordinaire sera convoquée au mois de mars? La question taraude les esprits.

Les griefs

Le Procureur général près la Cour de cassation, Victor Mumba, a, dans une correspondance signée lundi 01 février dernier, demandé au bureau du Sénat d’autoriser l’instruction contre Alexis Thambwe pour détournement des deniers publics et lui permettre ainsi de présenter ses moyens de défense. Pour ce Procureur général, le président du Sénat Alexis Thambwe avait tiré pour le compte du Sénat 3 chèques d’euros 2.000.000, USD 1.000.000 et FC 1.000.000. Exceptée, la somme en francs congolais, celle en euros et en dollars américains avait été remise à Alexis Thambwe à sa résidence par le conseiller financier du questeur du Sénat, juste après le retrait fait à la Banque commerciale du Congo.

Le bureau écrit au PG

Dans une correspondance adressée au Procureur général près la Cour de cassation, les membres du bureau du Sénat reconnaissent que les sommes évoquées ont été retirées, mais non détournées comme le prétendent certains sénateurs. «Le Bureau du Sénat accuse réception de votre réquisition référencée en annexe et sollicitant l’autorisation d’instruction préjuridictionnelle en l’endroit de Monsieur Alexis Thambwe Mwamba, président du Sénat», lit-on dans ladite lettre, précisant: «En tout urgence, le Bureau du Sénat s’est réuni le 2 février pour y réserver la suite …». En six points, le Bureau tende de dédouaner son président. Il affirme qu’effectivement le Président du Sénat a tiré les trois chèques auxquels le PG fait allusion dans sa réquisition.

«Après le retrait de ces sommes tard le soir du 6 janvier 2021, le trésorier du Sénat qui a constaté qu’il y avait une forte effervescence au Palais du peuple, aile Assemblée nationale, ce qui a été une cause d’insécurité. Ce qui l’a obligé à solliciter l’avis du Questeur adjoint afin de loger ces fonds provisoirement à son domicile. Le Questeur adjoint n’ayant pas de coffre-fort à son domicile, a sollicité à son tour le Président du Sénat qui, devant ce cas de force majeure, a accepté de loger ces fonds provisoirement à son domicile. Ce qui fut fait. Le lendemain, soit le 07 janvier 2021, le trésorier a récupéré les fonds pour les acheminer à la trésorerie du Sénat. Les pièces en annexe de la présente témoignent de la véracité de cette version que nous venons de vous relater», écrit-on.

Et de conclure: «au regard de ce qui précède, le Bureau du Sénat estime qu’il n’a pas eu matière à autoriser l’instruction sollicitée, les faits décrits ne s’analysant pas en infraction tels que vantés». Autrement dit, le bureau a rejeté la réquisition du PG. Hormis ces faits de présumé détournement, le bureau de Thambwe Mwamba est également visé par une pétition de déchéance déposée ce mardi 2 février. La pétition n’a pas été traitée car la session extraordinaire convoquée ce mardi a été côturée le même jour dans une confusion totale. Se confiant au magazine Jeune Afrique, Thambwe Mwamba dit avoir reçu la pétition, dénonçant les signatures des sénateurs qui sont à l’étranger et qui ne siègent pas ça fait longtemps. «J’ai reçu la pétition et, parmi les signataires il y a des sénateurs qui ne siègent plus d’une année, qui sont à l’étranger», a-t-il déclaré, soulignant que d’autres sénateurs se disent surpris de voir leurs noms sur la liste alors qu’ils n’ont jamais signé la pétition. Wait and see.

Octave MUKENDI         

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer