Dossier à la UnePolitique

8,5 millions de dollars: Mboso, le fléau de l’Union sacrée

Jusqu’où ira Christophe MbosoNkodiaPuanga, le président du Bureau d’âge devenu le fer de lance de l’Union sacrée à l’Assemblée nationale?Retour sur les fonds publics décaissés pour l’organisation de la session extraordinaire, notamment 12 millions de dollars sur lesquels 8,5 millions dédiés au fonctionnement et aux frais liés à l’élection du Bureau définitif suscitent la controverse…

C’est certainement avec sérénité que le président du Bureau d’âge de la chambre basse du Parlement a rédigé et transmis, le 29 décembre 2020, son courrier au Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Objet: «Budget de la session extraordinaire janvier 2021». A aucun moment l’auteur ne s’est imaginé que ce document fuiterait dans la presse et susciterait de l’indignation tant dans l’opinion que parmi les députés, contraints de fustiger les incohérences décelées dans la confection du budget de la session extraordinaire.

Mboso Nkodia Puanga est accusé de rouler pour l’Union sacrée. Depuis la chute de Mabunda, chaque fois qu’il en a eu l’occasion, le député FCC de Kenge a multiplié les signes qui ne laissent aucun doute sur ses nouveaux penchants politiques. Après avoir outrepassé les habilitations accordées au Bureau d’âge par la Cour constitutionnelle en ajoutant deux nouveaux points à l’ordre du jour de la session extraordinaire, à savoir les projets de loi de ratification et le contrôle parlementaire, il a sollicité et obtenu du Premier ministre Ilunga le décaissement d’un budget de 12 millions de dollars pour la session en cours.

Sur cette somme, jugée exorbitante sur Twitter par le député Envol Delly Sesanga, non sans rappeler le combat de son parti pour la réduction du train de vie des institutions, l’assainissement des finances publiques et la maitrise de la dépense, le président du Bureau d’âge a prévu d’affecter 3,5 millions de dollars aux rémunérations, 8 millions de dollars au fonctionnement et 500.000 dollars aux frais d’organisation de l’élection du Bureau définitif de l’Assemblée nationale.

Toujours sur Twitter, l’avocat Cédric Tshikuma a eu ces termes pour partager l’avis de l’honorable Sesanga: «12 millions de dollars pour une session est un excès. Dans le changement que nous attendons de l’Union sacrée, nous condamnons fermement cet acte. Les institutions doivent systématiquement réduire leur train de vie pour amortir le choc financier que nous connaissons».   

Les deux dernières rubriques du Budget arrêté par Christophe Mbosoont fait réagir avec virulence son collègue PPRD François Nzekuye. Parlant du montant de 8 millions de dollars, Nzekuye a fait constater que le Bureau d’âge s’est fait payer deux fois en déclarant sur les antennes de Top Congo Fm que «ce n’est pas normal que dans une session extraordinaire qu’on puisse payer encore une fois les frais de fonctionnement parce que, chaque mois, l’Assemblée nationale les perçoit. 8 millions de dollars affectés aux frais de fonctionnement, c’est de l’argent de trop».

Priorités oubliées!

La réaction du député Nzekuye en vaut la peine: 8 millions de dollars pour un mois, cela représente à peu près une dépense de 267.000 dollars par jour!C’est l’équivalent du salaire de 80.000 fonctionnaires et agents de l’Etat dont le traitement mensuel se chiffre à environ 100 dollars ou 133.000 fonctionnaires qui se contentent chacun de 60 dollars par mois! C’est le prix de 400 respirateurs de réanimation recherchés dans les hôpitaux par ce temps où sévit la deuxième vague du Coronavirus! C’est ce que coûterait l’acquisition de 223.000 munitions, des cartouches 1ère catégorie, 9mm Parabellum, pour doter les FARDC au front contre les ADF à Beni!

8 millions de dollars c’est aussi 8 kilomètres de routes neuves surtout dans la capitale RD-congolaise où les infrastructures routières se détériorent du jour au lendemain. Que de priorités oubliées!Pour un pays dont les dirigeants prétendent vouloir identifier une nouvelle majorité au sein de la même Assemblée nationale pour améliorer la situation sociale de la population et dont l’Assemblée nationale s’est engagée, le 5 janvier dernier à l’ouverture de la Session extraordinaire, par la bouche du même Christophe Mboso, «à soutenir le Chef de l’Etat, le gouvernement de la République ainsi que les forces armées et de sécurité afin d’éradiquer définitivement tous les groupes armés qui écument et désolent les populations à l’Est», c’est un énorme gâchis!

La gabegie reprochée à MbosoNkodiaPuanga s’illustre encore là où le président du Bureau d’âge a reçu 500.000 dollars pour préparer la logistique de l’élection du Bureau définitif. «A l’Assemblée nationale, le corps électoral est constitué de 500 députés. Les urnes récemment utilisées pour le vote des pétitions contre les membres du Bureau Mabunda sont encore intactes. Et s’il faut vraiment minimiser les dépenses, l’impression des bulletins de vote avec 7 rames de papier duplicateur et des imprimantes de l’Administration de l’Assemblée nationale ou du Sénat voisin ne devrait pas nécessiter 1000 dollars. Faire décaisser 500.000 dollarsrien que pour cette opération, c’est de l’arnaque», a tapé un cadre du parti Envol.

Le tollé est incontestable. Avec 8,5 millions de dollars pour des frais de fonctionnement déjà payés par le Trésor public et l’élection du Bureau définitif destiné à formaliser la naissance de l’Union sacrée, Christophe Mboso, pas si bon que ça en pilotage, est devenu le fléau de l’Union sacrée comme l’atteste aussi la révolte des activistes des droits de l’homme, précisément l’ASADHO Jean-Claude Katende et l’ACAJ Georges Kapiamba, obligés de demander des explications au président du Bureau d’âge. Cité dans la course au perchoir, le vieux a sérieusement compromis ses chances à cause de cette affaire qui fait grand bruit. 

Son budget extravagant risque de faire tache d’huile et de démobiliser ces compatriotes et partenaires qui suggèrent avec insistance la réduction du train de vie des institutions politiques en RD-Congo. Du pain béni pour le FCC, où l’on ne se fait d’illusions et on estime que les prévisions financières farfelues du Bureau d’âge le sont pour corrompre les députés et acheter leur adhésion dans la coalition en gestation.    

Et si l’Union sacrée doit venir au monde sur base de pareilles malformations congénitales, des antivaleurs contre lesquelles les pères fondateurs de l’UDPS étaient vent debout, rien que pour changer les hommes et pas la gouvernance, c’est une perte de temps et d’énergie. Elle est à classer au nombre des choses qui valent la peine qu’on ne se batte pour elles. 

AKM

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer