Dossier à la UnePolitique

Urgences économiques : Kabila charge Bahati d’une mission

Bahati Lukwebo
Mettant rapidement fin à une mission pour assister à la 7ème réunion ordinaire du Conseil des ministres ordinaire présidé vendredi par le Président de la République Joseph Kabila, le ministre de l’Economie nationale Modeste Bahati Lukwebo s’est vu chargé d’une mission hautement économique et stratégique. Alors que la conjoncture mondiale est peu favorable suite à la chute des cours des matières premières, Bahati a vite concocté un dossier relatif aux mesures urgentes pour la stabilisation et la relance économique de la RD-Congo. Sa mouture été examinée à fond et adoptée par le Conseil.
 
Une action corrective ordonnée et maîtrisée s’impose dès lors en vue de préserver les acquis de plusieurs années de stabilisation et de relance économique et maintenir l’économie RD-congolaise sur la voie d’une croissance forte et soutenable, a indiqué le porte-parole du gouvernement Lambert Mende. Cette action corrective repose sur l’ensemble des mesures proposées par le ministre de l’Economie Modeste Bahati et adoptées en Conseil des ministres qui s’articulent autour de trois axes: l’augmentation des ressources financières; l’amélioration de la qualité de la dépense ainsi que la mise en œuvre des réformes structurelles à impact rapide. Ces mesures ont pour principal objectif de stabiliser et d’assurer la relance de l’économie nationale qui se ressent des effets négatifs d’une conjoncture internationale difficile due entre autres causes au ralentissement de l’économie mondiale, à la baisse des cours des principaux produits de base exportés par la RD-Congo comme notamment le cuivre et le pétrole. A en croire le gouvernement, cette situation a fait perdre au pays l’équivalent de plus de USD 1.300.000.000 au Trésor public pour l’exercice budgétaire 2016 en cours. Il s’en est aussi suivi une chute marquée des exportations et des réserves internationales du pays ainsi qu’une contraction des réserves budgétaires. Devant cette situation, le gouvernement ne pouvait qu’examiner ce dossier dans l’intérêt de sa population.
 
L’Exécutif a estimé qu’il était indispensable de prendre une série de mesures susceptibles d’accroitre la résilience de la RD-Congo dans cette conjoncture mondiale peu favorable. Le but étant de maintenir et consolider les conditions d’émergence économique et sociale du pays, le Conseil des ministres a résolu de faire approfondir la réflexion sur l’efficience et l’efficacité des mesures proposées à cette fin par sa Commission économique, financière et reconstruction qui a été appelée à les passer en revue sans désemparer dans les heures qui viennent. Et, ces mesures sont destinées à durer pendant une période de temps suffisante pour une consolidation de la stabilité économique du pays pendant laquelle elles seront de stricte application avant que ne soit envisagée toute relaxe.
Après la rencontre de vendredi, le prochain Conseil des ministres consacré à cette urgence est prévu mardi. Déjà en vue lors de la précédente réunion, Modeste Bahati sera une nouvelle fois au cœur de la stratégie gouvernementale destinée à contenir les effets de la crise économique qui menace d’anéantir les efforts consentis pendant plus d’une décennie, couronnée par la stabilité du cadre-macroéconomique et une croissance constamment positive.
 
Victime d’une campagne de sape
 
Voici que la reconnaissance de la technicité élevée de l’actuel ministre de l’Economie nationale n’est pas appréciée de tous. Alors que d’aucuns l’encouragent sur cette voie, certains refusent catégoriquement de saluer ses qualités. Il nous revient qu’une catégorie des acteurs politiques en mal de positionnement initient déjà une campagne de sape visant le ministre de l’Economie. Ses détracteurs estiment que ce dernier se sert personnellement au détriment de la nation tout entière. On veut mêler le mandat de Bahati, ministre de l’Economie, aux affaires privées de Bahati, propriétaire de plusieurs entreprises, primé l’année dernière par l’Agence nationale pour la promotion des investissements -ANAPI-, car figurant parmi les investisseurs sérieux, prompts à transmettre régulièrement, avec transparence, tous les rapports d’investissement à l’Etat. Bahati ne se décourage pas pour autant. Tout en affirmant sa loyauté au Président Kabila, il est déterminé à mettre davantage son expérience au service du pays et de son chef.
 
Christian BUTSILA
Patrick NZAZI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer