Culture

La ville de Kinshasa caricaturée dans le spectacle «Nazali Kinshasa»

La Compagnie Théâtre des Intrigants a présenté mercredi 7 septembre dernier, pour la première fois à Kinshasa, sa nouvelle pièce de théâtre intitulée «Nazali Kinshasa».
Ce spectacle était encore à l’affiche, hier jeudi 8 septembre au Centre d’initiation artistique pour la jeunesse -CIAJ- précisément en la salle de spectacle Katanga Mupey et sera de nouveau présenté au même endroit ce vendredi 9 septembre.
«Nazali Kinshasa» est une création collective mise en scène par un artiste suisse, Michel Faure, responsable du théâtre de la Parfumerie et président de l’Association de soutien au Théâtre des Intrigants – Congo -ASSOTIC. Iria Diaz de la Suisse et Amédée Makaka de la RD-Congo assistent Michel à la mise en scène.
Des chansons qui sont interprétées dans ce spectacle notamment «Kinshasa et Mambo» sont composées par Fondé Devi Asumbi et «Toko suka wapi?» par Yves Mansueki. Le spectacle est joué par 6 comédiens dont 3 hommes et 3 femmes: Maguy Kalomba, Marlène Longange, Sarah Mapendo, Bavon Diana, Jean-Pi Kafuti et Yves Mansueki. Comme son titre l’indique, ce spectacle parle de Kinshasa sous toutes ses formes, ses valeurs, ses travers et sa diversité culturelle, sans oublier sa musique. «L’idée c’était d’essayer de décrire la ville de Kinshasa vue par trois générations celles de 20 ans, 40 ans et 60 ans. Pour cela, il n’y avait pas de texte au départ.
Nous sommes partis sur des témoignages des acteurs, des livres et différentes informations et documents recueillis aussi sur le net. Tous ces matériaux ont ensuite étaient improvisés sur le plateau. C’est ce qu’on appelle une écriture de plateau, c’est-à-dire le texte et le spectacle s’écrivent en même temps», a expliqué le metteur en scène suisse, Michel Faure.
Et qu’est ce qui justifie le choix du metteur en scène suisse, le directeur artistique de la Compagnie Théâtre des Intrigants a répondu: «Michel Faure est un partenaire privilégié avec qui nous collaborons depuis 24 ans.
Il est devenu presque un Kinois, un membre effectif de la grande famille des Intrigants, car il partage de temps en temps son quotidien avec les Kinois. Avec Michel, nous avons monté des spectacles de bonne facture comme “Misère’’ de Nlandu Mayemba MBuya en 1991, ‘’Le Président’’ de Maxime N’Debeka en 1995, ‘’La métamorphose’’ de frère Jéro de Wole Soyinka en 1999, ‘’La guerre ou l’amour?’’ d’après Aristophane en 2010. Ce spectacle a été produit avec le soutien de l’Association de soutien au Théâtre des Intrigants-Congo. Donc “Nazali Kinshasa”, est la 5ème mise en scène de Michel Faure avec la Compagnie Théâtre des Intrigants».
Un théâtre-récit
Pour la petite d’histoire, au départ, a-t-on appris, il n’y avait pas de texte préexistant, il s’est inventé au fur et à mesure de la construction.
Le travail s’est fait à partir de lectures, de témoignages personnels, de faits divers et de statistiques. Les comédiens se sont emparés de ces matériaux, et sur base d’improvisations les ont malaxés, transformés et finalement se les sont appropriés. Le texte final a été établi par le metteur en scène, en pleine complicité avec les interprètes. Ici, la narration n’a rien de fictionnel, au contraire on colle à la réalité, on emprunte à l’interview, au documentaire. L’acteur se met, lui-même, en scène comme personnage, il parle en son nom, il devient impossible de savoir s’il joue en tant que ‘’je’’ ou en tant que ‘’il’’. Parfois, lui-même, parfois interprète, l’acteur fait partie d’une forme de narration contemporaine: l’auto-fiction. Le spectateur ne voit pas sur scène un personnage de fiction, pourtant il est conscient d’assister à une représentation vivante.
Et cette conscience permet de casser la représentation, l’acteur de théâtre peut sortir du jeu, contrairement à celui du cinéma qui ne peut sortir de l’écran. Tout est fiction, tout est réel. Ici, pas d’action, mais un théâtre-récit, les acteurs s’adressent directement au public, lui parlent, l’interpellent comme s’il était un partenaire de jeu. Par instants le plateau et la salle ne sont plus qu’un seul espace, le public fait partie du récit, c’est sa voix qui est exprimée sur le plateau.
Le spectacle décrit diverses scènes de la vie
«Nazali Kinshasa» raconte le quotidien de Kinshasa et de la RD-Congo, les difficultés, les problèmes d’eau, d’électricité, de transports, les pillages et la guerre; mais aussi l’entraide, la joie de vivre, la musique et la danse. Les acteurs habillés suivant les générations, assis sur des chaises face au public jouent sur une scène avec des paperasses par-ci par-là. Leur jeu, décrit diverses scènes de la vie. Ils dénoncent les viols et toutes sortes des violences dont sont victimes, les femmes, les jeunes filles, les enfants, les hommes et jeunes garçons, ainsi que l’éco-système, la faune et la flore. Rien n’est oublié. Le spectateur est partagé entre le fou-rire, le drame, la tragédie, l’émotion, la peur, les pleurs. C’est un tableau triste, sombre mais plein de vie.
Après les trois productions au Centre d’initiation artistique pour la jeunesse précisément en la salle de spectacle Katanga Mupey, les 7, 8 et 9 septembre, le spectacle «Nazali Kinshasa» sera à l’affiche le 14 septembre à 19 heures à l’Espace Galilée VIP dans la commune de Lemba. Une autre production est prévue le 16 septembre prochain à l’Institut français -Halle de la Gombe. Le Tarmac des auteurs à Kintambo accueillera cette nouvelle création des Intrigants le 23 septembre prochain.
Christian BUTSILA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer