Culture

Plus de couleurs lance la collecte des fonds pour s’offrir un albishop à Kinshasa

Pour sa troisième saison, la campagne «Plus de Couleurs» entend rendre plus accessible l’accès aux produits de protection de la peau des albinos. Le 8 mars prochain, l’ASBL lance la campagne de collecte des fonds intitulée: «Offre au Ndundu le plus proche de toi son albishop à partir d’USD 1». Ce sera d’ailleurs le slogan de toute la 3ème édition.
L’humanité est en plein XXIème siècle, période où la plupart des mystères de la nature et surtout de la médecine ont trouvé réponse. L’albinisme, anomalie qui se constate par la dépigmentation de la peau, des cheveux et des problèmes d’yeux chez notamment certains êtres humains, a depuis plusieurs décennies trouvé une explication scientifique: c’est simplement causé par l’absence de la vitamine appelée mélanine. Il ne relève donc pas des pouvoirs mystiques. Malgré cela, à ces jours, pas mal de gens, influencés sans doute par la socialisation des idées superstitieuses héritées souvent des appréhensions ancestrales, continuent, à tort, à avoir soit peur des albinos, soit du dédain ou pire de la répugnance envers eux. Conséquence: en RD-Congo, pays où les albinos représentent 3% de la population, il n’y a qu’à peu près 5% d’entr’eux qui ont un emploi stable, le reste ont du mal à bien s’intégrer.
Il est plus que temps de changer cela. Des jeunes comme Yan Mambo, lui-même albinos, et son équipe de l’ASBL «Plus de Couleurs» l’ont compris. Ça fait trois ans déjà que lui et sa structure travaillent pour l’intégration des albinos notamment avec des formations, des conférences-débats avec des élites albinos, et particulièrement le Festival «Fièrement Ndundu» -entendez: Fièrement albinos. Ici, l’approche est simple mais pertinent. Il ne s’agit pas d’inspirer la pitié en présentant l’image misérable des albinos, non. La démarche vise plutôt à les pousser à assumer leur état afin qu’ils réalisent d’abord eux-mêmes, qu’ils ont hommes et femmes au même titre que les autres, et capables d’autant de choses que tout autre être humain. Et ensuite, ils pourront se faire une place dans la société. Et cela donne des résultats. La première édition a fait le buzz tant dans des médias RD-congolais qu’étranger notamment «RFI», «Madame Figaro» et «TV5» pour ne citer que ceux-là. La deuxième n’a pas fait moins.
Et pour cette troisième saison, Plus de Couleurs qui a déjà travaillé sur le mental des albinos et des autres, entend rendre plus accessible l’accès aux produits de protection de la peau des albinos. Le 8 mars prochain, l’ASBL lance la campagne de collecte des fonds: «Offre au Ndundu le plus proche de toi son albishop à partir d’USD 1». Ce slogan caractérisera d’ailleurs toute la 3ème saison de Plus de couleurs. «Plus de couleurs s’est donné comme objectif de récolter USD 1 auprès de chaque RD-Congolais pour construire un albishop, c’est-à-dire une boutique spécialisée dans la vente des produits de protection de la peau et des yeux des albinos -lotions, crèmes, vitamines pour la peau, casquettes, lunettes, parapluies,… Pour ce faire, pendant 6 mois, une délégation Plus de Couleurs avec en son ambassadrice 2017 Mademoiselle Gloire Mandefu et le coordonateur Yan Mambo devra sillonner la RD-Congo afin de récolter les fonds nécessaires et feront le compte rendu de cet odyssée dans une conférence de presse juste avant la 3ème édition du Festival Fièrement Ndundu prévu du 25 au 26 août 2017», explique Yan Mambo.
«Soirée sans mélanine»
La date du 8 mars a été choisie dans l’idée de rendre hommage mérité aux femmes albinos et à ces mères d’enfants albinos à travers une solennité dénommée: «Soirée sans mélanine» au 360 Lounge-bar sur la 7ème rue Limete. Ce sera également une occasion pour les albinos et les «personnes de couleurs» de fêter, danser et faire connaissance, histoire de briser les stéréotypes, empêchant cette communion. «Aimer c’est être au-dessus de la mêlée mais surtout au-dessus de la mélanine», rappelle-t-on.
Hugo Robert MABIALA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer