Culture

Kinshasa : la 3ème édition de l’Expo Renouveau se tient à Bandalungwa du 11 juin au 12 juillet

La 3ème édition de l’expo «Renouveau: art & design» du Mission impossible studio a ouvert ses portes avec les artistes céramistes et peintre designer Stanis Mbwanga, Syntyche Mbembo, Bulls Bulembi et Christian Kakesse. Ce rendez-vous culturel se tient du 11 juin au 12 juillet 2022 sise avenue Bukaka à proximité du parking de Moulaert, précisément dans leur nouvelle galerie d’art contemporain «Mission impossible studio». Cet espace, inauguré à l’occasion du vernissage de cette exposition Renouveau 3, a connu un afflux sans précédent des visiteurs. Ce public, passionné d’art, a eu le bonheur de visiter des œuvres qui les ont tenus en haleine dans un espace contigu valorisé par une scénographie professionnelle et d’une lumière fluorescente bien dosée.

Des œuvres qui sortent de l’ornière

Après la première édition en 2019 à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa et une deuxième édition 100% céramique à la Halle de la Gombe, l’événement du vernissage Renouveau 3 lève les voiles une fois de plus sur des œuvres qui sortent de l’ornière. Savamment exécutées par ces artistes qui nous sont revenus de l’Empire du milieu, la Chine, capitale de la porcelaine, avec une vision plus expansionniste de la contemporanéité artistique qu’ils infusent, à leur tour, sur la scène artistique plastique RD-congolaise.

L’expo Renouveau 3 vise la propagation de l’univers libre de la création et la facilitation de sa rencontre, non seulement avec d’autres peuples et cultures, mais par un esprit typiquement RD-congolais avisé à emprunter le hub international en marquant d’une empreinte identitaire RD-congolaise -l’universalité n’exclut pas l’authenticité.

Par des expressions artistiques RD-congolaises, esthètes et novatrices comme la scarification et motifs de nos aïeux, «Renouveau 3» et ses artistes Stanis Mbwanga, Syntyche Mbembo, Christian Kakesse et Bulls Bulembi s’invitent au cœur de cité de Bandalungwa Moulaert, soucieux d’investir Kinshasa avec son ambiance, ses vacarmes, ses problèmes, ses joies, ses parfums et son regard curieux dans un cadre plus évocateur que provocateur des maisons type Office nationale de logement -ONL- transformée en galerie d’art.

«Renouveau», le reflet d’un destin forgé en commun

De cette occasion s’offrant à merveille les portes de la nouvelle galerie ouverte de «Mission impossible», les passionnés ont pu tâter l’art des pouls de la création. Après le vernissage Renouveau 3, marqué par la coupure du ruban symbolique de la galerie d’art, une visite guidée a retracé le parcours de ces artistes dès l’Académie des beaux-arts de Kinshasa, la JCI en Chine, jusqu’à nos jours. Renouveau 3, tel qu’ils l’ont signifié, est le reflet d’un destin forgé en commun par des talentueux motivés à présenter une nouvelle perspective.

Audacieux. Si dans le jargon des Kinois il se dit que «Bandal c’est Paris» pour son effervescence. En ce qui concerne Renouveau 3, «Bandal c’est le pari» de faire pénétrer les beaux-arts RD-congolais auprès du Kinois lambda, et d’amener l’artiste classique de quitter sa zone de confort caractérisé par des cadres somptueux et des milieux et publics selects.

Les voisins de promiscuité de Bandalungwa sont aujourd’hui persuadés que les messages véhiculés par ces médiums visent toute la société, et défendent leurs vécus quotidiens. A l’instar de Patrick, un jeune informaticien de 37 ans, qui révèle que Renouveau 3 est la 1ère exposition de sa vie. Ainsi, investir au cœur de la cité est un appel à l’appropriation des beaux-arts par la population elle-même.

Un cocktail des œuvres

Une programmation aussi riche que variée, un cocktail de œuvres exposées nommément «Immortel», une technique nouvelle de Bulls Bulembi baptisée céramique aquatique qui est une pièce en hommage à Sindica Dokolo, d’heureuse mémoire et Fashionistas de Christian Kakesse mettent en exergue la créativité de ces deux artistes.

Renouveau 3, il sied de le dire, est une expression de l’entrepreneuriat culturel, qui se bat pour quitter l’aspect de la galère pour l’émulation de l’artiste dans ses efforts autonomes pour la valorisation de son travail d’artiste et son cadre de travail, qui reflète la valeur souhaitée de ses œuvres. Les œuvres exposées à la galerie dans Renouveau 3 promeuvent l’art et témoignent du talent des artistes.

Partant des plaques céramiques de Stanis Mbwanga porteuses d’une sémiologie chargé des rapports socioculturels entre le RD-Congolais et tout ce qui l’environnent qui haussent le ton sur la prédation de nos ressources naturelles casus belli. Les vases de Syntyche Mbembo qui par des silhouettes morpho physiologique mi humaines mi animales qui s’imbriquent à la société contemporaine pour signifier l’impact des besoins existentiels de l’homme sur la nature et l’impact de nos matériels sur notre être.

Les tableaux de Christian Kakesse soulignent cette jonction entre la beauté des statues ancestrales qu’il a habillé en tenue vestimentaire en vogue, jeans, t-shirts de marque de luxe «fashionistas 2» éveille sur nos choix de consommation extravertis, preuve de notre aliénation.

Et, enfin, les œuvres de Bulembi axées sur la fluidité qui mettent en exergue l’impermanence, particulièrement dans la société RD-congolaise en particulier et de la vie universelle en générale. Derrière cette mosaïque de création artistique se cache un esprit de volteface et d’émulation nommé «Studio Mission impossible» qui est ce fil d’Ariane leur permettant de sortir du labyrinthe des sentiers battus afin valoriser les connaissances des aînés tout en inspirant émulation auprès d’autres artistes de cette génération.

Soldé par une ambiance conviviale de verre d’amitié et de dégustation joyeuse pour son vernissage, l’expo Renouveau 3 après son pari gagné d’investir la cité, reste permanente et ouverte du lundi au samedi de 09 heures à 16 heures 30’ jusqu’au 12 juillet 2022.

Elrick ELESSE

Articles similaires

Fermer
Fermer