COVID-19Dossier à la UneJusticeNation

Fonds covid-19: le rapport d’étape de l’IGF accable Eteni, 4 millions USD à justifier!

Une forte tempête s’annonce. Le Président Félix Tshisekedi sait visiblement où il veut aller: derrière les mises en place successives à l’IGF, l’ALC, la CENAREF et au sein de la Magistrature se profile une vaste opération mani pulite qui va bouleverser le paysage politico-financier du pays…

Une opération mains propres, après la vague des condamnations des mandataires publics et des responsables politiques parmi lesquels le Directeur de Cabinet du Président de la République, Vital Kamerhe? «Ça y ressemble et c’est imminent. Entre fin août et début septembre, le pays va assister à une vaste saga judiciaire qui fera plus des ravages que le procès des 100 jours». Le dirigeant politique proche du courant UDPS auteur de ces affirmations affiche le plus grand optimisme à l’égard de la campagne de lutte contre la corruption lancée ces dernières semaines en République démocratique du Congo.

La Police judiciaire des parquets multiplie les interpellations et a commencé à envoyer les premiers suspects à Makala. Il s’agit notamment du directeur des recettes de la DGDA, Symphorien Kasindi, placé en détention provisoire pour minoration des recettes, et du responsable de l’agence en douane Pacifique Trading, Rahim Malik, cueilli pour «faux contrat, dol, faux et usage de faux».

Fini, fini donc vraiment le temps de l’impunité? Pour l’heure, le pays entier ainsi que ses partenaires et bailleurs ont les yeux braqués sur un service qui semble reprendre du poil de la bête. Avec la collaboration de la même Police, l’Inspection générale des Finances a ouvert des audits tous azimuts alors que son chef, l’Inspecteur général chef de service Jules Alingete Key a, le jeudi 13 août, fait part d’un rapport d’étape de ses premiers audits accablant entre autres les gestionnaires des fonds publics décaissés pour la lutte contre la pandémie mondiale de Covid-19.

Avis de tempête, force 10!

Selon des sources concordantes, la principale personnalité concernée dans ce dossier se trouve être le ministre UDPS de la Santé publique, Docteur Eteni Longondo, indexé pour mégestion et dilapidation de ces fonds. «Le ministre de la Santé sera sommé de se justifier. Il pourra être jugé dans les prochains jours comme le laissent croire les indices contenus dans le rapport de l’IGF», confie à AfricaNews le cadre politique ci-haut évoqué, affirmant que le Président de la République est décidé de taper fort. À commencer par son propre parti politique, pour ôter tout prétexte des règlements des comptes quand viendra le temps de punir les gestionnaires fichés coupables dans les écuries de ses partenaires du FCC. C’est donc un avis de tempête, force 10! Une vraie tempête!

«Félix Tshisekedi entend envoyer un autre signal plus fort après le procès 100 jours. C’est lui-même qui a demandé à l’IGF de commencer ses missions par les fonds alloués à la campagne contre le Coronavirus. Le Chef de l’Etat espère, de cette manière, rassurer l’opinion et les capitales qui réclament des châtiments exemplaires à l’encontre des personnes physiques et morales trempées dans la corruption», a ajouté un autre cadre, très flatté par les efforts des équipes de Jules Alingete Key.

Selon les indiscrétions, le ministre de la Santé va être sommé de présenter les preuves d’utilisation de près de 4 millions de dollars. «Sur demande du Docteur Eteni et avec l’aval de la hiérarchie, parce qu’il faut sauver les vies humaines en danger, les Finances ont payé, en plein état d’urgence, en procédure d’urgence 3,6 millions de dollars, en deux tranches d’1,8 million de dollars. Quitte à ce que le ministère de la Santé régularise après. Mais Eteni n’a jamais rien régularisé ni justifié. Il n’a pas non plus présenté les preuves de passation de marché pour les commandes effectuées», confient les sources concordantes.

Fatiguées d’attendre les justifications, les Finances, contraintes de préparer la reddition des comptes à la fin de l’année, ont sollicité et obtenu du Premier ministre qu’une mission de contrôle soit effectuée. Le nouvel Inspecteur général des Finances est nommé dans l’entretemps. Parmi les premières missions lui assignées par le Président de la République figure celle de retracer les ressources financières mises à la disposition du ministère de la Santé dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Soudain, les feuilles d’observation sont transmises à Eteni Longondo. Par trois fois, le patron du portefeuille de la Santé n’a pas pu convaincre les inspecteurs des finances, à en croire les mêmes sources. Clair: le rendu de l’IGF met l’ancien secrétaire général adjoint de l’UDPS dans des sales draps.

Comme pour enfoncer le clou, le vice-ministre de la Santé, Albert Mpeti, a, dans une lettre au Premier ministre, demandé un audit sur la gestion de 200.000 dollars destinés à désinfecter le Palais du peuple, disant vouloir dégager sa responsabilité. Puis est venue la nouvelle épidémie d’Ebola à Mbandaka, à l’Equateur, terre d’origine du ministre incriminé. A cette occasion aussi, une avance d’un million de dollars lui a été payée et la même attitude face aux justificatifs des dépenses aux Finances déplorée.   

Une longue liste!

En dehors du ministre Eteni, la liste, selon les informations d’une autre source bien introduite à la Présidence de la République, risque de s’allonger avec les interpellations imminentes des gouverneurs de provinces, des responsables de la Direction générale des migrations -DGM- et de la Police nationale, eux aussi bénéficiaires des fonds anti-Coronavirus. Un autre ministre à la tête d’un important secteur qui a récemment reçu le financement de la Banque mondiale et un haut responsable dans le circuit financier sont aussi dans les viseurs alors que nombreuses nouvelles procédures sont annoncées dans un proche avenir à travers le territoire national.

Le Président Félix Tshisekedi sait donc où il veut aller. Il a planté le décor de cette croisade anti-corruption avec les récentes mises en place à l’IGF, à l’Agence de lutte contre la corruption, à la Cellule nationale des renseignements financiers et au sein de la Magistrature.

AKM

Articles similaires

Fermer
Fermer