ActualitésSociété

UNESCO: son DG soutient l’instruction des filles

«Le ¾ d’enfants en âge d’aller à l’école primaire mais n’y vont pas, ce sont les filles. Parmi les adultes qui ne savent ni lire ni écrire, le 2/3 sont des femmes», a dénoncé Azoulay. Et de lancer aux élèves: «vous, vous avez le pouvoir d’y mettre fin à travers votre éducation, à travers tous les efforts que vous consentez pour non seulement aller à l’école mais y rester le plus longtemps possible»

Il n’y a parfaite communion que celle ayant caractérisé la rencontre, jeudi 15 octobre 2020, de la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, et les élèves du lycée Kabambare. En visite dans ce «prestigieux» et renommé lycée de Kinshasa, la DG de l’UNESCO, accueillie dans une ambiance bon enfant qui l’a «impressionnée», a été porteuse d’un message d’encouragement aux filles pour les inciter à poursuivre leurs études jusqu’au supérieur. Objectif: réduire «une des inégalités les plus scandaleuses» au monde. Cette inégalité est relative au faible taux d’accès à l’éducation pour les filles.

«Pour le primaire, dans le monde, le ¾ d’enfants en âge d’aller à l’école primaire mais n’y vont pas, est constitué des filles. Parmi les adultes qui ne savent ni lire ni écrire, le 2/3 sont des femmes», a révélé Audrey Azoulay, convaincue que les filles sur le banc de l’école ont le «pouvoir de mettre fin à ces inégalités à travers votre éducation, à travers tous les efforts que vous consentez pour non seulement aller à l’école mais y rester le plus longtemps possible, faire des études supérieures et rester engagées dans l’éducation.

C’est le combat le plus important que vous avez à mener non seulement pour vous-mêmes mais aussi pour vos familles, pour votre pays et pour la paix», a-t-elle soutenu, avant d’appeler les élèves filles à «rester à l’école, entrainer les autres à y être, travailler à l’école, soyez solidaires. Les filles doivent être solidaires entre elles. Aidez-vous entre vous et je vais essayer d’être à vos côtés».

L’école, lieu incontournable d’apprentissage

En visite à Kinshasa, en pleine semaine de la rentrée scolaire, Audrey Azoulay a tenu à motiver les élèves à s’appliquer dans leurs études, expliquant que «ce que vous apprenez tous les jours, c’est votre destin  que vous prenez en main. J’ai entendu la devise de ce lycée et je sais que la scolarité ici est exigeante, que les diplômes ne sont pas faciles, que cela vous demande beaucoup d’efforts mais c’est vrai que ces efforts vont vous rendre forte. C’est vrai que ce sont ces efforts qui vont vous donner les moyens de choisir votre vie».

La Directrice générale de l’UNESCO a, dans son mot de circonstance, insisté sur un fait majeur: «Rien ne remplace l’école». Oui, Audrey Azoulay, en dépit des mesures prises pendant le confinement, dû à la crise sanitaire provoquée par la Covid-19, pour assurer l’enseignement à distance, demeure convaincue que «rien ne remplace vos enseignants. Rien ne remplace le contact que vous avez entre vous ici à retrouver vos amis et à apprendre ensemble».

Elle espère tout de même voir les techniques d’enseignement à distance expérimentées pendant le confinement «demeurer pour soutenir le système éducatif». En début de cette deuxième année scolaire depuis l’effectivité de la gratuité de l’enseignement de base en RD-Congo, dont le processus, selon le ministre d’Etat Willy Bakonga, est devenu «irréversible», Audrey Azoulay voit en cette «réforme très ambitieuse  de l’enseignement», une manière de réaliser «l’accès de toutes et de tous à l’éducation, notamment des plus défavorisés».

Reconnaissant que cette réforme «suscite beaucoup d’attentes, parfois des impatiences», elle a rassuré: «L’UNESCO se tient à vos côtés  avec les partenaires du développement pour soutenir cet accès de toutes et de tous à l’école».

Une bibliothèque moderne, la sollicitation des élèves à Azoulay

La visite d’Audrey Azoulay, DG de l’UNESCO, a été un motif de joie et de fierté pour la sœur préfet du lycée Kabambare, cet établissement scolaire ayant «vocation de donner à la jeune fille la meilleure éducation pour qu’elle devienne élite et/ou grande personnalité dans le monde».

«Votre passage doit inspirer la jeunesse du lycée Kabambare pour qu’à leur tour elles prennent la résolution d’accéder un jour au plus haut niveau des postes de responsabilité de notre pays et même au niveau des institutions internationales», a, dans son mot de bienvenue, relevé la rectrice de cette école conventionnée catholique, gérée par la Congrégation des sœurs missionnaires de Cœur immaculé de Marie.

Elle n’a pas manqué de remercier la DG de l’UNESCO «d’avoir choisi de visiter le Lycée Kabambare qui représente ici toutes les écoles associées à l’UNESCO en RD-Congo». De leur côté, les élèves, opportunistes, ont su saisir la balle au bond pour solliciter ce qu’il y a de plus noble pour leur formation: la modernisation de la bibliothèque de l’école avec des manuels actualisés. Pour palper du doigt son état actuel et du besoin réel, la DG Audrey Azoulay a visité cette bibliothèque ainsi que le laboratoire biochimique de ce lycée de la commune de Kinshasa.

L’occasion faisant le larron, les élèves de Kabambare, se sentant «très honorés et surtout très réconfortés», ont invité leur hôte de marque à «redoubler d’efforts pour la modernisation de l’éduction à travers les nouvelles technologies dans tous les coins et recoins du monde. Car, toute la jeunesse a besoin d’être éduquée et instruite, pour la préserver ainsi de tous les fléaux qui la détruisent: la délinquance, la sexualité et la drogue».

Les assurances de Bakonga aux parents et partenaires éducatifs

Présent aux côtés de la DG de l’UNESCO, le ministre d’Etat en charge de l’Enseignement primaire, secondaire et technique -EPST-, Willy Bakonga, a tenu à rassurer l’opinion que «le gouvernement ne ménage aucun effort pour assurer la protection des élèves et enseignants -contre la Covid-19, NDLR- en milieu scolaire et pour ne pas faire de l’école un foyer de propagation de cette pandémie».

«L’année 2020 est une année de grand changement pour l’éducation avec des défis à relever en raison de la Covid-19. Cette pandémie ne peut pas être vaincue par les seules mesures sanitaires, nous devons l’attaquer ensemble en faisant preuve de solidarité en évitant de démobiliser et de déconnecter un grand nombre d’enfants, surtout ceux des familles démunies, du cadre éducatif formel», a martelé le ministre d’Etat à l’EPST, non sans réaffirmer l’engagement du gouvernement RD-congolais de travailler en étroite collaboration avec ses différents partenaires nationaux et internationaux afin de relever le défi du développement du système éducatif RD-congolais dans le contexte de la Covid-19.

Du lycée Kabambare, la DG Audrey Azoulay n’est pas repartie mains bredouilles, l’école lui a offert son pagne officiel.

Laurent OMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer