ActualitésMédiasSociété

RDC : UCOFEM lance la 5ème édition du «Prix Jeune femme journaliste»

L’Union congolaise des femmes des medias -UCOFEM- a, dans son communiqué publié samedi 18 avril dernier, lancé officiellement la 5ème édition du concours «Prix Jeune femme journaliste». Elle a, dans le même communiqué, rappelé que l’appel à candidature a été publié depuis le 10 avril dernier. Selon l’UCOFEM, pour cette année, le concours s’est élargi aux bloggeuses comme candidates devant concourir aux côtés des femmes journalistes évoluant au sein d’une maison de presse RD-congolaise ou en indépendante à la radio, la télévision, la presse écrite et en ligne.

Le «Prix Jeune femme journaliste», explique l’UCOFEM, récompense les innovations dans les contenus, les usages et la prise en compte du genre dans les productions des journalistes femmes de moins de 30 ans maximum. «Exercer le métier de journaliste ou bloggeuse n’a jamais était facile», déclare-t-elle. Et d’ajouter: «dans un pays comme la RD-Congo, il est encore plus difficile d’informer le public. De par sa nature, la journaliste rencontre d’autres obstacles susceptibles de décourager beaucoup. Or, malgré l’arrivée de plus en plus massive des jeunes femmes dans la filière de communication, le pourcentage des femmes employées dans les médias en RD-Congo reste toujours faible, soit près de 32%, selon le dernier rapport de monitorage sur le genre dans les médias». Lancé par l’UCOFEM, le «Prix Jeune femme journaliste» vise à encourager l’émulation dans un secteur en pleine mutation en soutenant les initiatives de tous les types de médias -presse écrite, radio, télévision, médias sociaux. Ledit prix veut motiver les femmes à persévérer dans le métier de journaliste dans le pays. Le secteur des médias, souligne la source, connaît actuellement des profonds bouleversements qui sont principalement dus à l’évolution des modes de consommation et des attentes des publics, notamment du fait de l’affirmation grandissante du numérique dans les sociétés.

Remise des prix: le 3 mai 2020

«Dans ce contexte, les médias doivent faire preuve d’innovation dans leurs offres de contenus de la considération de la notion Genre dans la manière de communiquer à leurs publics, mais également dans la manière dont ils s’assurent de la rentabilité de leur entreprise. Ils doivent aussi tenir compte de l’utilisation croissante des réseaux sociaux. Le développement de nouvelles manières d’informer est crucial en ce qu’il permet surtout de renforcer la liberté de la presse, le pluralisme des médias et le droit à l’information», laisse-t-elle entendre. Le prix sera remis le 3 mai 2020 à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la liberté de la presse. Les lauréates seront désignées par un jury composé de représentants des partenaires ainsi que des personnalités d’UCOFEM.

Parousia MAKANZU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer