ActualitésDossier à la UneEcofinNation

Tshibala ordonne un audit général aux Sports et Loisirs

Le Premier ministre Bruno Tshibala a pris acte de la renonciation de la ministre de la Culture et Arts, Astrid Madiya, à poursuivre l’intérim aux Sports et Loisirs dont elle a été chargée après la démission de l’ancien locataire élu député national, Papy Niango. Pour assurer la continuité du service, Tshibala a désigné le ministre d’Etat en charge des Relations avec le parlement, Lisanga Bonganga, pour continuer cet intérim.

En réalité, le Premier ministre n’a pas voulu transiger avec le respect des instructions relatives au régime d’intérim. Alors que Madiya a pris des actes de disposition, graciant précisément un dirigeant sportif radié par une ASBL, fusionné les deux cabinets et nommé un Dircab intérimaire et d’autres nouveaux membres au cabinet des Sports et Loisirs, le Premier ministre lui a intimé l’ordre de rapporter tous ses actes frauduleux.

De l’avis de plusieurs observateurs, l’intransigeance de Tshibala n’a pas été du goût de la ministre ai des Sports et Loisirs, qui a tenté de faire de la résistance. En recourant tantôt à une vieille vidéo dans la quelle elle incrimine les membres du cabinet, tantôt en usant du chantage à l’endroit du Chef du gouvernement via des syndicalistes présumés conditionnés, recommandant à Tshibala de rejeter la démission. Madiya a beau se charger de répandre le message des fameux syndicalistes dans les réseaux sociaux, elle avait déjà créé un climat malsain tant avec les collaborateurs que les fédérations sportives et les équipes. Il se raconte que Mazembe s’est plaint de son exigence de signer un ordre de mission additif contre une promesse de recevoir quelques dollars en retour. Selon certaines indiscrétions, les dirigeants des fédérations ont également fait l’objet des sollicitations similaires, à leur grand étonnement. Le Premier ministre ne pouvait pas admettre pareilles pratiques.

Dossier Luzolo

Tout en chargeant Lisanga Bonganga de poursuivre l’intérim dans un esprit républicain, l’apaisement et la sérénité, Bruno Tshibala, favorable à la transparence, a ordonné, le 24 avril, à l’Inspection générale des finances de diligenter un audit général au ministère des Sports et Loisirs pour la période allant de janvier à avril 2019. Voici que les fonds décaissés dans ce secteur sont principalement destinés au mouvement sportif, où les dirigeants ont horreur des rapports justifiant l’affectation de l’argent public mis à leur disposition. Entre janvier et avril, on parle des fonds alloués aux Léopards handball, volley, luttes… et football, à V.Club et TP Mazembe, pour leur campagne en Afrique. «La FECOFA et ses partenaires, entre autres le Secrétariat général aux Sports et Loisirs, devront justifier 7 millions de dollars dont 100.000 dollars affectés à la sécurisation du match entre la RD-Congo et le Libéria», commente un habitué. On évoque aussi les fonds sortis pour les obsèques de Ndaye Mulamba, soit près de 177.000 dollars mis à la disposition du comptable public sur 268.000 dollars sollicités.

L’audit, a-t-on appris, va également concerner la gestion et la destination des recettes du match entre les Léopards de la RD-Congo et l’équipe nationale du Libéria, comptant pour la dernière journée des qualifications de la Coupe d’Afrique des nations prévue au mois de juin prochain en Egypte.

L’audit ordonné par le Premier ministre constitue l’occasion de rappeler l’interpellation et la garde à vue au Parquet de Matete, il y a un an, du Secrétaire général aux Sports et Loisirs, Barthélemy Okito, le président de la FECOFA Constant Omari ainsi que les vice-présidents Roger Bondembe et Théobald Binamungu. Arrêtés dans le cadre d’une enquête du Conseiller spécial anti-corruption du Président de la République, Luzolo Bambi, sur les fonds alloués aux Léopards football, ces quatre personnalités sont en liberté provisoire, rappelle-t-on.

KISUNGU KAS

Articles similaires

Fermer
Fermer