ActualitésJusticeSociété

RDC : Rose Mutombo veut s’inspirer du modèle sud-africain pour mettre fin au surpeuplement des prisons

Lors de son séjour en Afrique du Sud, dans le cadre d’une mission de travail ayant pour thème: «Les visites des établissements pénitentiaires avec développement professionnel et acquisition des compétences», la ministre d’Etat en charge de la Justice et Garde des sceaux, Rose Mutombo Kiese, a échangé avec son collègue sud-africain, Ronald Lamola. Leurs entretiens ont tourné autour de la construction des prisons et leurs modes de gestion. Les sources proches de ce voyage informent que les échanges ont été des plus enrichissants pour le fait qu’ils ont permis aux deux personnalités de faire un tour d’horizon général sur les principales questions qui concernent leurs expériences respectives sur le fonctionnement des prisons exclusivement tenues par l’Etat, y compris celles basées sur un accord de partenariat public-privé.

Au lendemain de cette entrevue, la patronne de la Justice RD-congolaise a visité, dans la périphérie de Johannesburg, la prison de Burksburg qui est un modèle de prison étatique. Elle y a été reçue officiellement par le staff dirigeant conduit par Monica-Makani, directrice ai de cette institution. Au terme du cérémonial d’accueil, la ministre d’Etat Rose Mutombo a été amenée à la découverte de différentes activités organisées au sein de cet établissement pénitentiaire, à savoir: la menuiserie, la boulangerie et autres activités champêtres, avant de visiter quelques cellules de ladite prison. Question de s’imprégner des réalités sud-africaines en cette matière et, surtout, des conditions de vie des personnes détenues et autres points périphériques y relatifs. Poursuivant ses visites de travail, Rose Mutombo s’est ensuite rendue à la prison de Nangung, réputée comme étant de haute sécurité à Bloemfontein située à plus de 400 km de Johannesburg.

Comme ailleurs, les questions essentielles ont porté sur les activités de développement organisées au sein de cet établissement pour parvenir à son autonomisation ainsi que sur celles relatives aux compétences à acquérir par les détenus au sortir de la prison. Outre les visites dans des lieux carcéraux, la ministre d’Etat en charge de la Justice a reçu en audience, respectivement Paulo de nationalité zimbabwéenne, homme d’affaires et chairman du groupe Préval, ainsi que Mulalo Thabela, de nationalité sud-africaine et chairman du Groupe TEFLA.

Avec ses deux interlocuteurs, la ministre d’Etat RD-congolaise chargée de la Justice a évoqué des questions liées à la possibilité de la construction des prisons modernes sur toute l’étendue du territoire RD-congolais. Ce sera dans le seul souci, non seulement de désengorger les prisons RD-congolaises déjà pleines à craquer et qui continuent à recevoir du monde, mais également d’améliorer d’autres aspects liés à leur détention. En d’autres termes, il s’agit de s’inspirer du modèle sud-africain, en vue de l’érection des prisons modernes et autonomes, obéissant aux standards admis. Ce faisant, il nous revient que la ministre d’Etat et ministre de la Justice a, d’ores et déjà, acquis des concessions pour la construction des prisons modernisées, notamment à Menkao, dans la banlieue de Kinshasa, à Matadi, à Mbuji-Mayi et dans d’autres endroits qui restent à déterminer. Une chose est de construire les prisons, une autre est de rendre ces lieux de détention véritablement correctionnels, en vue que ces détenus en sortent réellement transformés. 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page