ActualitésNationSociété

Une RD-Congolaise tuée lors d’un bombardement à Khartoum, les ressortissants lancent un cri d’alarme aux autorités

Le gouvernement de la RD-Congo ne doit pas garder bouche cousue face au problème d’ordre sécuritaire que traversent les RD-Congolais au Soudan. Dans un enregistrement parvenu à la rédaction, l’on peut entendre l’annonce du décès de Madame Hélène Malongi Mokanga, RD-Congolaise vivant à Khartoum. Cette dernière, selon le communiqué, a été retrouvée morte le mercredi 31 mai 2023 au marché Mayo à Khartoum au Soudan suite à un attentat de la bombe.

A la faveur d’un entretien à distance accordé à «AfricaNews», Mr. Socrate Badu, président de la Communauté RD-congolaise vivant au Soudan, a tiré la sonnette d’alarme à propos de la situation sécuritaire précaire à laquelle font face les RD-Congolais au Soudan. Il appelle le gouvernement de la République à mettre tout en œuvre pour prendre des mesures nécessaires avant que le pire n’arrive. «Nous déplorons la situation précaire qui nous arrive. Nous déplorons la position qu’occupe notre gouvernement pour ce silence absolu. Nos compatriotes ont péri suite à des bombardements et des balles perdues. Que les autorités RD-congolaises nous envoient des bus pour nous permettre d’arriver à la frontière de l’Egypte», a-t-il alerté.

Et de poursuivre: «si rien n’est fait, les RD-Congolais vivant au Soudan n’auront que leurs yeux pour pleurer. Parce qu’il ne se passe pas une seule nuit ou un jour sans que l’on déplore un cas de vandalisme, d’attaques ou encore d’extorsion. Le mercredi passé, on a perdu une de nos compatriotes au nom de Hélène Malongi décédée au marché Mayo au Sud du Khartoum suite aux attenants à la bombe violents et sanglants. Nous sollicitons le soutien du gouvernement de la RD-Congo».

Sur le terrain, a rapporté le président de la Communauté RD-congolaise vivant au Soudan, 18 civils ont été tués et 106 autres blessés par les tirs d’artillerie et les bombardements aériens de l’armée sur un marché dans le sud de la capitale soudanaise. Impatiemment, le président de la Diaspora RD-congolaise au Soudan attend voir la réaction instantanée du Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo pour finalement s’impliquer dans cette affaire. Depuis le début le 15 avril de la guerre sanglante entre les deux généraux rivaux, les humanitaires et les volontaires éprouvent, selon eux, des difficultés à récupérer les corps «en raison de contraintes de sécurité».

Dans un communiqué publié le samedi 3 juin dernier, la société Croissant Rouge soudanais a indiqué que 180 corps non identifiés ont été enterrés: 102 dans le Sud de Khartoum et 78 au Darfour, une région de l’Ouest du Soudan.  

Triomphe EFONGE 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page