RDC: Plan de trésorerie, la nouvelle non-affaire

Intox, manip, désinformation… La RD-Congo est devenue un pays où l’on voit le diable et le piège partout. Même le PTR, un dossier éminemment technique, un instrument de la gestion publique pour atteindre les performances est présenté dans certains milieux comme une astuce pour saper l’action du Président de la République!    

La RD-Congo est en pleine négociation avec le Fonds monétaire international -FMI- pour conclure un accord. Le gouvernement Ilunga Ilunkamba doit réaliser certaines performances pour parvenir à la signature dudit accord avec l’institution de Bretton Woods. Au nombre des principes économiques à respecter, interdiction pour l’Etat de recourir à la planche à billet pour financer ses actions et les dépenses hors budget sont prohibés. C’est ce qui justifie la rigueur imposée par le chef de l’Exécutif central pour enclencher les dépenses sur base des ressources disponibles. Le gouvernement Ilunga Ilunkamba multiplie les efforts pour non seulement répondre aux exigences du FMI mais aussi réaliser son programme d’action dans un climat de zéro financement monétaire; cela impose une discipline, une rigueur dans la gestion. C’est dans ce contexte que le ministère des Finances, sur instructions du Premier ministre, Ilunga Ilunkamba, a élaboré un Plan de trésorerie. Rendu public lundi 17 février 2020 par le ministre des Finances, ce PTR chiffré à près de 6 milliards de dollars américains, pour une durée de 3 mois, ne doit pas être confondu au budget de l’Etat. Dans un entretien avec la presse, le vice-Premier ministre du Budget, Jean Baudouin Mayo, a fait preuve de pédagogie et de patience, pour appeler la population RD-congolaise à ne pas céder à la désinformation. Si le budget de l’Etat est la traduction en chiffres de la volonté politique, le Plan de trésorerie est, pour sa part, un outil de gestion prudentielle. Un outil dynamique qui évolue en fonction des recettes réellement engrangées sur une période donnée. Ceux qui ont quelques notions de finances publiques savent par ailleurs que c’est au mois d’avril que sont attendus les premiers pics de recettes. Le budget de la RD-Congo demeure donc estimé à près de 11 milliards. Seul le Parlement, autorité budgétaire, peut le modifier à la hausse ou à la baisse. Ainsi, contrairement à la confusion semée dans l’opinion nationale, le Budget 2020 n’est pas revu à la baisse. Le VPM du Budget a tenu à fixer l’opinion sur cette affaire à l’issue de la réunion du Comité de conjoncture économique, conscient du fait que les questions économiques ne sont pas toujours à la portée de n’importe quel analyste. Dans un entretien à «Radio Okapi», Jean Baudouin Mayo rappelle à l’opinion, à titre illustratif, que le gouvernement Ilunga, avec les orientations du Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi, a déjà réussi à mettre en œuvre la gratuité l’enseignement sur fonds propres, alors que plusieurs «analystes» estimaient l’opération irréalisable. Un appel à se détourner de la désinformation de certains médias qui privilégient le scoop à tout prix sans prendre le temps de se documenter alors que nul n’est omniscient et qu’il n’y a pas de honte à apprendre.

Natine K.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*