ActualitésDossier à la UneDossier spécial électionsNationPolitique

RDC: 12 leaders montrent la voie, ils appellent au consensus national

C’est quoi un leader? Selon Wikipédia, un leader est une personne ou un groupe dont les projets et l’activité sont liés à celles du groupe ou d’une entité supérieure dans le but de satisfaire des objectifs communs. En République Démocratique du Congo où les dossiers du choix des prochains animateurs de la CENI, de la réforme de cette centrale électorale avant la désignation de ses animateurs ou de la réforme judiciaire, la coalition au pouvoir est en crise, l’intégrité du territoire national est menacée par la présence des armées étrangères, 12 compatriotes courageux veulent se donner cette vocation et montrer la voie à suivre. Estimant que certaines causes doivent conduire les uns et les autres à se transcender, anticiper et sortir des clivages politiques et idéologiques, les députés nationaux Delly Sesanga, Claudel Lubaya, Henri-Thomas Lokondo, Patrick Muyaya…auxquels s’ajoutent d’autres personnalités politiques comme l’ancien vice-premier ministre en charge du Budget Daniel Mukoko Samba prennent leurs responsabilités.

Ils invitent à inscrire la question orale en haut de l’agenda politique et public par la mise en place d’un consensus national pour sortir de la crise créée par la désignation contestée de Ronsard Malonda à la présidence de la Commission électorale nationale indépendante -CENI. Force est de reconnaitre qu’après l’entérinement de Malonda, la succession de marches de protestation et de morts ainsi que de casses ne risque d’apporter ni adhésion ni satisfaction totale que ce soit auprès de l’opinion publique comme des acteurs politiques, des confessions religieuses et des partenaires. La seule porte de sortie parait donc désormais un dialogue autour d’une table devant déboucher sur un consensus national sur les dossiers qui fâchent.

Delly Sesanga et ses amis ont souhaité mettre au cœur du débat public cette idée de consensus national. «Le sang doit cesser de couler, la vie humaine est sacrée et le Congo est notre bien commun», peut-on lire au début de ce communiqué susceptible faire tache d’huile, signé et publié par ces 12 personnalités le 11 juillet à Kinshasa, deux jours après les marches interdites de l’UDPS sanctionnées par des morts et des dégâts matériels importants, à quelques heures des manifestations similaires programmées par Lamuka sur toute l’étendue du pays.  Crise entre les membres de la coalition au pouvoir, contestation autour de la désignation du président de la CENI, présence des armées étrangères sur le sol national et effets socio-économiques explosifs dus à la Covid-19 créent un cocktail qui inquiète. Et la recherche d’un consensus national autour de ces affaires semble, aux yeux des 12, la seule option viable et fiable afin de faire émerger des solutions structurelles à la hauteur des ambitions démocratiques et de développement que se voue la République.  

«Exhortons l’ensemble des dirigeants politiques et toutes les forces vives de la Nation à rechercher le consensus sur le processus électoral, dans le cadre d’un forum strictement limité au processus électoral en vue de baliser la voie à un processus électoral transparent et apaisé à l’horizon 2023», écrivent-ils. Et de préciser la thématique de ce forum: la réforme de la CENi, la révision de la Constitution, à l’exclusion de l’article 220 et dans le respect de celui-ci, rétablir les deux tours de la présidentielle, ramener la décentralisation au niveau des territoires, villes et communes, élargir la composition du Conseil supérieur de la Magistrature; les orientations essentielles sur la Loi électorale et installation du Bureau de la CENI. Les 12 appellent le Président de la République, le gouvernement ainsi que toutes les forces politiques et sociales à adhérer massivement à leur proposition salvatrice. Lisez plutôt l’appel.

KISUNGU KAS

Articles similaires

Fermer
Fermer