Dossier à la UnePolitique

Le VPM Makiashi chassé du Bureau politique du PALU

Willy Makiashi, le nouveau Secrétaire permanent du PALU
Willy Makiashi, VPM de Travail
La direction du Parti lumumbiste unifié -PALU- reproche au Vice-Premier ministre en charge de l’Emploi, travail et prévoyance sociale, l’usurpation des pouvoirs, notamment sa présence très remarquée à la réunion du Bureau politique de la Majorité présidentielle consacrée à l’auto exclusion des membres du G7 et à une réunion des groupes parlementaires de la Majorité présidentielle, alors qu’il est membre du gouvernement et ne peut plus, à ce titre, engager le parti. Makiashi a fait plus: il s’est autoproclamé héritier politique d’Antoine Gizenga dans un journal dont ses services ont distribué les exemplaires le jour de l’anniversaire du boss du PALU. Gizenga commençait en avoir ras-le-bol, il l’a chassé du Bureau politique. Le communiqué annonçant son exclusion est affiché au siège du parti sur le boulevard Lumumba, au quartier De bonhomme dans la commune de Matete non loin du pont Matete. 
Ça brûle encore au parti d’Antoine Gizenga. Le vent de suspension et d’exclusion se poursuit au sein du Parti lumumbiste unifié -PALU. Après la suspension d’Adolphe Muzito, ancien Premier ministre et cadre du parti pour ses tribunes publiées dans la presse, jugées contraires à l’idéologie du parti, c’est le tour de Willy Makiashi d’être exclu du Bureau politique. Un communiqué affiché au siège du parti à Kinshasa/Matete reproche au Vice-Premier ministre en charge de l’Emploi, travail et prévoyance sociale de l’usurpation des pouvoirs.
Elle se traduit par sa présence très remarquée à la réunion du Bureau politique de la Majorité présidentielle consacrée à l’auto exclusion des membres du G7. Selon la hiérarchie du PALU, en sa qualité de membre du gouvernement de cohésion nationale, Willy Makiashi, ex-secrétaire permanent du PALU élevé au rang de vice-Premier ministre n’a plus qualité de représenter le PALU. Cette prérogative revient aux membres de la direction du parti qui ne sont pas impliqués dans la gestion gouvernementale. Selon la Constitution, les fonctions de membre du gouvernement sont incompatibles avec celles de gestion d’un parti politique.
Les membres du gouvernement sont liés au devoir de réserve. Cette suspension contribue à alimenter le débat au sein de ce parti politique, allié de la Majorité présidentielle. Makiashi, député national élu de la circonscription de Gungu, a été désigné secrétaire permanent et porte-parole du parti en remplacement de Marie-Laure Kawanda. A la faveur de la formation du gouvernement Matata II, il a été nommé vice-Premier ministre. Makina, l’un de ses deux adjoints, a été désigné pour représenter le parti auprès des tiers.
Tino MABADA    
 
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer