ActualitésDossier à la UneNation

Passeport: le bail de Semlex prolongé de 6 mois

Un arrangement spécifique transitoire a été trouvé entre la RD-Congo et Semlex, qui va continuer à produire les passeports pour les six prochains mois. A quelques jours de la fin du contrat entre les deux parties, devant intervenir ce jeudi 11 juin 2020, la RD-Congo a jugé utile de prolonger le bail de la société belge en attendant de se doter d’une structure à même de produire les passeports biométriques tel que prévu dans le contrat. 

Ceci ressort de la correspondance de la ministre d’Etat aux Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, adressée depuis le 3 juin au président du consortium des Sociétés du Groupe Semlex, Albert Marie Karaziwan.

La ministre RD-congolaise a annexé à cette correspondance le «projet d’arrangement spécifique transitoire suite à la fin du contrat relatif à l’implémentation d’un système d’identification nationale intégrant la production des passeports électroniques biométriques en mode BOT».

Ce projet, à en croire Marie Tumba, est le fruit des négociations lancées le 1er juin entre la RD-Congo et Semlex dans le but de «procéder à l’état des lieux de l’ensemble du système».

L’aboutissement des négociations a «réjoui» la ministre d’Etat aux Affaires étrangères qui, au nom de la République, a formulé, à l’attention du président du consortium des Sociétés du Groupe Semlex, la proposition d’un «arrangement spécifique transitoire ne dépassant pas six mois».

«Pour permettre à la République démocratique du Congo de prendre des dispositions appropriées, Semlex est tenu de mettre à sa disposition la liste de tous les prestataires internationaux et locaux, assortie des adresses et des détails sur leurs tâches respectives», signifie Marie Tumba Nzeza dans sa missive dont l’un des paragraphes la non-exécution d’une clause qui devrait permettre à la RD-Congo de prendre le relai de la production des passeports à l’expiration du contrat la liant à Semlex. La faute à des contraintes non élucidées dans la lettre.

«Ce contrat avait prévu qu’à son expiration, le Consortium -Semlex, NDLR- transfère à l’Etat congolais l’infrastructure, le savoir-faire et les données techniques d’une part et d’autre part assure la formation et la mise à niveau du personnel mis à sa disposition. Malheureusement, certaines contraintes ont empêché l’exécution de quelques obligations du contrat», a expliqué Marie Tumba Nzeza, non sans reconnaitre que cette «situation risque de mettre à mal la continuité de la production des passeports biométriques par l’Etat congolais».

Laurent OMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer