Kinshasa: les œuvres ignorées de Kimbuta Yango

0

Dans la capitale, une voix s’élève contre le Kimbuta-Bashing et fait l’inventaire des réalisations de l’ancien gouverneur dans un contexte de non paiement du budget d’investissement par le gouvernement central…

André Kimbuta Yango, gouverneur de Kinshasa entre 2017 et 2019, fait l’objet d’une campagne visant à saper « toute sa réputation chèrement acquise auprès des Kinois ». Un Kimbuta-Bashing que dénonce un des conseillers de celui que les Kinois surnomment affectueusement « Haut sommet ».

Selon ce proche qui élève la voix, André Kimbuta est victime de « sa loyauté exagérée à l’autorité morale du FCC », Joseph Kabila Kabange. Un motif assez banal mais qui pousse les « détracteurs » de l’ancien gouv’ de monter sur leurs gros chevaux et l’accuser d’avoir « détourné » 18.000.000 millions de dollars en vue de s’offrir « une ville au bord du fleuve ».

Le bâtiment de l’Hôtel de ville de Kinshasa

« La vérité est que les 18.000.000 millions de dollars évoqués ont servi entre autres à la construction du bâtiment moderne de l’Hôtel de Ville, la construction de la route Kulumba dans la commune de Masina, la construction du centre de dialyse, caserne de sapeurs-pompiers avec 12 véhicules anti-incendie, à l’acquisition de 30 véhicules bennes pour l’assainissement de la Ville de Kinshasa, etc. », révèle ce proche de Kimbuta, estomaqué de voir les ennemis politiques du désormais sénateur du Kwango ignorer la profondeur et l’immensité de son œuvre au profit de Kinshasa et ne présenter que les faits négatifs ayant caractérisé son règne à la tête de la capitale RD-congolaise.

Le siège du gouvernement provincial de Kinshasa

Ce règne de 12 ans est jalonné des réalisations de haute envergure en dépit du fait qu’à la prise des fonctions d’André Kimbuta « Kinshasa n’avait pas les mêmes défis démographiques et écologiques qu’aujourd’hui. La guerre à l’Est du pays et la détérioration du tissu socio-économique du pays ont entrainé un exode rural massif vers la ville de Kinshasa ».

Le Centre de dialyse de Kinshasa

Face à un budget famélique, André Kimbuta « a eu l’idée ingénieuse de créer la DGRK qui a permis de passer d’USD 150.000 de budget le mois à USD 5.000.000. Avec ces recettes, le gouvernement a pu réaliser beaucoup de choses dans la ville qu’aucun autre gouverneur depuis 1960: routes, écoles, hôpitaux, dispensaires, bâtiments pour différents services de la Ville, équipements matériels et engins roulants dont les véhicules anti- incendies, l’achat des véhicules 4 x 4 pour les bourgmestres et leurs adjoints, la création d’emplois des jeunes diplômés, etc. »

Un des véhicules achetés pour les bourgmestres de Kinshasa

Poursuivant dans sa démonstration de l’œuvre d’André Kimbuta pour le bien-être de Kin, ce conseiller a rappelé qu’en 12 ans, son chef n’a jamais bénéficié de la rétrocession en termes de budget d’investissement estimé à USD 100.000.000$ l’an, soit USD 1.200.000.000 en 12 ans. « L’Assemblée provinciale, consciente de cette difficulté, a autorisé l’exécutif à recourir aux emprunts à hauteur d’USD 65.000.000 chaque année pour financer l’investissement de la ville. Malgré cette autorisation, André Kimbuta n’a jamais engagé la ville à cette hauteur », a-t-il expliqué non sans vanter le budget d’USD 300.000.000 laissé par le Haut sommet, la viabilisation des services étatiques et l’amélioration des conditions de travail par l’acquisition des bâtiments propres à l’Hôtel de ville, à la DGRK, à la RASKIN.

LOI