RDC : Claude Nyamugabo interdit la commercialisation des grumes à Kinkole

L’envie de mettre fin à l’exploitation illégale des bois en RD-Congo se fait sentir dans le chef des autorités du pays. Ministre national en charge de l’environnement et développement durable, Claude Nyamugabo a exprimé l’urgence d’assainir ce secteur, au terme de sa tournée d’inspection, samedi 23 mai dernier, dans quelques ports situés au bord du fleuve Congo à la hauteur de Kinkole dans la commune de la N’Sele, où sont stockés des tonnes des grumes de diverses provenances. Fort du constat amer faitsur place, le ministre de l’Environnement n’a pas croisé les bras. Ila intimé l’ordre aux officiers de Police judiciaire de saisir toutes les grumes illégales trouvées sur les lieux, car leurs provenances et leurs propriétaires n’étant pas connues.

Le ministre de l’Environnement, Claude Nyamugabo, a effectué, samedi 23 mai dernier, une tournée d’inspection dans les différents ports situés le long du fleuve Congo au niveau de la cité de Kinkole. Ila fait un constat amer, décriant le désordre qui règne dans ces lieux d’embarcation où sont stockées plusieurs grumes. Cette itinérance a permis au patron de l’environnement en RD-Congo non seulement de prendre une décision imposante qui interdit désormais la commercialisation des grumes à Kinkole, mais également de se rendre compte de quelques usines de transformation de bois sur place à Kinkole. A ce sujet, Claude Nyamugaboa annoncé d’établir d’ici peu, une note circulaire interdisant toute activité de scierie dans ces ports. Il a promis d’assainir ce secteur de l’exploitation du bois en RD-Congo, et surtout de mettre un terme à ce qu’il qualifie de «criminalité forestière». «Ici il y a une véritable criminalité forestière à laquelle il faut mettre fin. Nos officiers de Police judiciaire vont saisir toutes les grumes illégales trouvées ici et dont on connait ni la provenance, ni le propriétaire. Nous constatons également qu’il y a ici de véritables usines de transformation de bois. Alors que cela est interdit. Nous allons également faire une note circulaire interdisant toute activité de scierie dans nos ports. Nous allons assainir ce secteur. Nous sommes décidés de le faire», a indiqué le ministre Claude Nyamugabo. Et d’ajouter: «nous avons annoncé que désormais, nous viendrons ici à l’improviste pour renforcer nos officiers de Police judiciaire, renforcer le Fonds forestier national, parce que nous avons constaté malheureusement qu’à Kinkole, c’est presque l’autre Congo et ce Congo nous n’en voulons pas. Il n’y a qu’une seule République démocratique du Congo. Nous sommes résolus à mettre fin à cette criminalité forestière qui nous fait manquer les recettes dont nous avons besoin pour contribuer efficacement au budget de l’Etat.Et pour y arriver, nous devons assainir ce secteur. Le Gouvernement ne se plaint pas, il agit. Et nous allons agir pour assainir ce secteur».

Pour les organisations de la société civile environnementale, il est regrettable que les ressources naturelles de la RD-Congo souffrent d’une mauvaise gestion. Chaque jour, elles ne cessent de demander au gouvernement de la République de s’impliquer pour mettre un terme à l’exploitation illicite des bois dans le pays. Mêmes sentiments éprouvés chez certains environnementalistes qui dénoncent la complaisance des autorités dans la délivrance des permis d’exploitation des bois dans les forêts RD-congolaises. A les en croire, plusieurs opérateurs économiques s’intéressent à l’exploitation des bois d’œuvre en RD-Congo sans pour autant respecter le cycle de régénération des essences forestières. Il sied de noter que la visite d’inspection effectuée par le ministre de l’environnement et développement durable sur les ports fluviaux de Kinkole, a été motivée par des dénonciations faites par les organisations de la Société civile environnementale. Mais aussi, par des rapports des agents du ministère de l’environnement qui étaient précédemment envoyés en mission sur place à Kinkole.

Olitho KAHUNGU