ActualitésDossier à la UneNation

RDC : Le député Lokondo dénonce la «République des juges»

Le vice-Premier ministre et ministre de la Justice, Célestin Tunda, était invité, mercredi 25 mai 2020 à l’Assemblée nationale, pour répondre à une question orale avec débat portant sur l’article 107 relatif aux immunités parlementaires. Cette question, comme on peut le souligner, fait suite à l’arrestation samedi denier du député Jean Jacques Mamba. Cette matière a fait l’objet d’un grand débat qui a motivé le député Henri-Thomas Lokondo à donner de sa voix. Du haut de la tribune de l’Assemblée nationale, l’élu de Mbandaka n’a pas manqué d’exprimer ses inquiétudes sur la marche du pouvoir judiciaire en RD-Congo. «Le pouvoir judiciaire au pays est, de nos jours, inféodé aux politiques au point de plonger le pays dans un terrorisme judiciaire», a fait remarquer Henri-Thomas Lokondo. Son étonnement est de voir le pouvoir judicaire être au centre du viol de la Constitution de la République. «Nous subissons maintenant le terrorisme judiciaire. La République démocratique du Congo est devenue la capitale mondiale du viol constitutionnel», s’est  indigné Lokondo. Dans son intervention, ce grand tribun n’a cessé de tirer la sonnette d’alarme mieux encore l’attention de la représentation nationale sur le véritable danger qui guette la République. «Nous retrouvons maintenant devant la République des juges. C’est très dangereux cette histoire là parce que ça peut nous amener trop loin étant donné que les juges seront au-dessus de la Constitution sans le savoir. Il faut que le pouvoir arrête le pouvoir», a-t-il martelé. Très dépassé de voir les juges marcher sur la loi fondamentale, le député Henri-Thomas s’est dit être dans un autre monde. En face du vice-Premier ministre et ministre de la Justice, il n’a cessé de dénoncer ce qu’il a appelé la «République des juges». «Cette République des juges est soutenue par une politisation à outrance de la justice due au fait que les magistrats reçoivent des instructions en dehors de la magistrature», a-t-il fait remarquer. Pour bien étayer son argumentation sur la politisation du pouvoir judiciaire en RD-Congo, l’élu de Mbandaka a immédiatement évoqué le cas de la Gécamines dont les mandataires sont retenus depuis plusieurs mois par les magistrats alors que toutes les auditions sont déjà terminées. D’où sa question de fondamentale de savoir  “où allons-nous avec cette justice? ”. Au vice-Premier ministre et ministre de la Justice, Henri-Thomas Lokondo a fait une recommandation, celle de veiller «strictement et rigoureusement» sur le recrutement et la formation des magistrats. De bout en bout de son intervention, ce grand tribun de l’Assemblée nationale n’a cessé de dénoncer l’existence d’une «République des juges» sur le sol RD-congolais.
Dorian KISIMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer