Actualités

Kasumbalesa: Tshiswaka toujours en cavale

Deux semaines après le rétablissement de l’autorité de l’Etat à Kasumbalesa avec le démantèlement de la base Bilanga, Isaac Tshiswaka et sa bande, auteurs des violations des lois de la République dans ce coin du Haut-Katanga sont toujours en cavale. Celui qui se réclamait président sectionnaire de l’UDPS était apparu quelques minutes avant de disparaître dans la nature. Le maire de la ville de Kasumbalesa, l’a confirmé au cours d’un entretien avec la presse, vendredi 04 septembre. A en croire André Kapampa, Isaac Tshiswaka peut continuer à faire son buzz mais il finira par être arrêté. «Sa présence a été signalée, mais il est toujours en cavale parce que caché. Il est retracé et recherché par les services de sécurité. S’il était ici, il aurait la liberté de se mouvoir. Il a fait son buzz de quelques minutes avant de disparaître. Malheureusement aussitôt qu’on a été informé, les services qui étaient à ses trousses, se sont présentés à l’endroit où le meeting a été prévu. Informé, il a fui et, donc, il sait qu’il est recherché pour incitation au trouble public. Il est désavoué par la hiérarchie de son parti politique. La structure d’appui aux contrebandiers a été détruite et cet endroit même ne constitue plus à ce jour un lieu où s’exercent les activités politiques», a rassuré le maire. André Kapampa a affirmé que les mesures adéquates ont été prises pour résoudre la problématique de passage frauduleux des marchandises à la frontière afin de maximiser les recettes. «Nous sommes en train de creuser un canal pour lutter contre la contrebande et les résultats sont là. C’est un couloir piétonnier inondé parce qu’avec l’appui du gouvernement provincial sur décision du Chef de l’État, qui veut en finir avec les crimes économiques sous toutes leurs formes, des mesures de grande envergure ont été prises pour empêcher la fraude», a annoncé le maire. Il a, en outre, fait remarquer qu’il n’y a pas une guerre déclarée contre les collaborateurs de Tshiswaka. «Nous savons que Tshiswaka est un acteur politique et ceux qui ont exercé ces droits avec lui n’ont pas de problème, mais les gens listés ayant cassé les édifices publics et s’étant attaqué aux insignes du pouvoir, sont recherchés et répondront devant la justifie», a précisé le maire de la ville. André Kapampa a lancé un appel aux différents regroupements et formations politiques pour qu’ils ne divisent pas les filles et fils de Kasumbalesa.  Car, a-t-il déclaré, l’intérêt général doit primer sur les appartenances tribales et politiques.

J.B

Articles similaires

Fermer
Fermer