Kabund dans les cordes, 50 signatures suffisent pour le faire tomber par motion

0

Les députés nationaux du Front commun pour le Congo -FCC-, plateforme politique membre de la coalition au pouvoir, ont désapprouvé et condamné les déclarations incendiaires tenues par le 1er vice-président de l’Assemblée nationale, Jean Marc Kabund a Kabund, ci-devant président intérimaire de l’UDPS, à la suite des accrochages entre les militants du FCC et du Cap pour le changement -CACH-  survenus dans plusieurs coins de la République surtout dans la ville de Kolwezi, où l’on avait brûlé les effigies du chef de l’Etat et de son prédécesseur. Dans une déclaration politique rendue publique samedi 16 novembre 2019 au Palais du peuple, ces élus ont exigé les excuses publiques du numéro deux du bureau de leur Chambre. «Nous réprouvons et condamnons fermement les propos du 1er vice-président de l’Assemblée nationale Jean Marc Kabund a Kabund en date du 12 novembre 2019. Ces propos dangereux qui n’engagent pas la plateforme alliée CACH incitant à la haine, sont de nature à troubler la paix sociale et la stabilité chèrement acquises au prix de nombreux sacrifices dont la coalition FCC-CACH est la pierre angulaire», ont déclaré les élus FCC. Pour eux, la préservation de ces acquis historiques demande de chaque RD-Congolais et surtout de ses dirigeants une culture permanente d’humilité et de hauteur. Aux députés FCC de poursuivre: «Nous faisons remarquer que ces propos sont en contradiction avec le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale en son article 121 alinéas 2 à 4 à savoir: le député national a l’obligation de sauvegarder, à tout moment l’honneur et la dignité de ses fonctions ainsi que l’image de marque de l’Assemblée nationale. Il respecte les lois de la République et observe le code de conduite de l’agent public de l’Etat tel que défini par le Décret-loi n° 017-2002 du 03 octobre 2002. Les députés se doivent respect mutuel, courtoisie et solidarité». Pour les députés FCC, le 1er vice-président de l’Assemblée nationale n’a pas respecté le Règlement intérieur de sa propre Chambre. «Nous rappelons que c’est grâce à l’existence de la coalition parlementaire FCC-CACH et au vote majoritaire des députés de notre plate-forme politique du FCC que le 1er vice-président de l’Assemblée nationale siège au bureau de notre Chambre dans l’exercice de ses fonctions et lui demandons de présenter solennellement  des excuses à ces collègues députés et à la nation congolaise», ont souligné les signataires de la déclaration politique. Les élus FCC ont, par ailleurs, apprécié l’intervention du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, sur l’avenir prometteur de la coalition FCC-CACH devant les autorités et la presse lors de sa visite officielle en Allemagne. «Nous rappelons que son Excellence Joseph Kabila Kabange, artisan principal de la première alternance politique depuis l’indépendance, est un patrimoine commun à préserver et à honorer», ont fait savoir les députés FCC dans leur déclaration politique du samedi dernier. Ils ont conclu leur déclaration en invitant les dirigeants des forces politiques de la coalition FCC-CACH à prêcher par l’exemple dans la défense de la coalition et à accroître la sensibilisation auprès des cadres et militants de leurs formations politiques respectives pour expliquer le bien-fondé de cette alliance. Les observateurs sont formels: les termes de cette forte déclaration politique des élus FCC, majoritaires dans la coalition, font rappeler que les signatures de 50 élus suffisent pour déchoir un membre du Bureau par motion. Voici que 100 députés ont signé la déclaration  qui force Kabund à présenter les excuses solennelles. Menace sérieuse? Chantage? Le tonitruant président ai de l’UDPS semble bien acculé dans les cordes. Selon certaines indiscrétions, la coalition lui préférerait Maître Mukendi wa Mulumba, député UDPS de Mbuji-Mayi réputé modéré.

Ya KAKESA

REPONDRE

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom