FCC/CACH – Voici le premier lot des sociétés d’État concernées par le partage

0

Ce n’est qu’une question de quelques jours. Les Sociétés d’Etat seront gérées par les nouveaux animateurs. Dans un premier temps, une dizaine d’entreprises jusque-là chapeautées par les directeurs généraux intérimaires sont concernées par les nouvelles nominations, selon une indiscrétion d’Augustin Kabuya, secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS/Tshisekedi-, à la faveur d’une matinée politique organisée le samedi 29 février. Les autres nominations interviendront au fur et à mesure.

Si le suspense demeure sur les noms des personnalités appelées à manager ces entreprises publiques dans les prochains jours, AfricaNews a pu percer le mystère autour de la liste de celles dirigées jusque-là par les mandataires intérimaires et concernées par l’imminent partage, à partir des noms de leurs directeurs généraux ai. Il s’agit de la Société congolaise des postes et télécommunications -SCPT-, la Société commerciale des transports et ports -SCTP-, la Générale des carrières et des mines -GECAMINES-, la Direction générale des impôts -DGI, la Régie des voies aériennes -RVA-, des Lignes maritimes congolaises -LMC-, de la Régie des voies fluviales -RVF-, la Société nationale des chemins de fer du Congo -SNCC, la Mine de Bakwanga -MIBA, la Société minière de Kilomoto -SOKIMO-, la Société des transports au Congo -TRANSCO- et la Foire internationale de Kinshasa -FIKIN. 

Une source a confié à AfricaNews que tout est fin prêt. «La Commission ad hoc, composée des membres du FCC et du CACH, chargée de sélectionner les candidatures a bouclé son travail. Elle a remis les conclusions au Président de la République pour prendre des ordonnances», a-t-elle précisé, soulignant que le partage est fait selon le poids politique à savoir la majorité parlementaire. C’est ainsi que le FCC s’arroge 65% et le CACH 35% des postes au sein des entreprises du Portefeuille constituant ce premier lot.

A en croire la source, les mandataires publics pour les entreprises concernées seront nommés, sauf changement de dernière minute, avant la rentrée parlementaire du 15 mars prochain et que cette fois-ci, la majorité des animateurs sont triés parmi les fils maison. Pas question de recourir à l’expertise extérieure, sauf pour le poste du président du Conseil d’administration et des administrateurs. «80% des directeurs généraux et leurs adjoints proviendront des entreprises concernées», a-t-on indiqué. A part l’aspect négociation, l’exécutif national ne voudrait pas politiser les entreprises publiques. «Le Chef de l’Etat a exigé que les personnes à nommer soient choisies parmi les cadres de ces entreprises», a-t-on fait savoir, soulignant que «la plupart de ces animateurs seront de nouvelles figures». Ces derniers auront la lourde responsabilité de relever ces entreprises faisant figure de parent pauvre à cause de la mauvaise gestion. A ce jour, plusieurs de ces entreprises devenues des canards boiteux accusent plusieurs mois d’arriérés de salaire.

Du côté des ONGs de défense de droits humains dont l’ACAJ, les appels se multiplient pour que le Chef de l’Etat ne puisse pas politiser les entreprises publiques notamment en nommant les politiciens à leur tête pour satisfaire leurs intérêts égoïstes pendant que des millions de RD-congolais croupissent dans la misère à cause de la mal gouvernance, corruption, impunité, détournement des deniers publics et coulage des recettes publiques. L’opinion se souviendra que tous les audits réalisés au sein des entreprises publiques par le passé ont abouti à la conclusion selon laquelle ces entreprises sont mal gérées avec pour conséquence l’arrêt de travail et la détérioration des conditions de vie de travailleurs.

Octave MUKENDI

Entreprise DG intérimaire
01 SCPT Patrick Umba
02 SCTP Daudet Laya
03 GECAMINES Jacques Kamenga
04 DGI Ngoy Yav Nzam
05 RVA Abdallah Bilenge
06 RMC Jean-Marie Elese
07 SNCC  
08 MIBA Kalonji Ditutu
09 SOKIMO Augustin Mpela
10 RVF  
11 TRANSCO John Bongi
12 FIKIN Eugène Bokopolo