ActualitésPolitique

Claudel André Lubaya appelle au calme après la polémique autour du retrait des signatures de l’Acoord de Genève

Parmi les valeurs démocratiques, il y a aussi la tolérance politique incluant l’acceptation de l’autre avec ses divergences de vue. Seul Claudel André Lubaya l’a bien compris. Sa réaction face à la polémique née du retrait des signatures de Vital Kamerhe, président de l’UNC, et Félix Tshisekedi, président de l’UDPS, tous deux candidats Président de la République, de l’Accord de Genève, désignant Martin Fayulu Madidi comme candidat commun de l’Opposition à la présidentielle du 23 décembre prochain, est un appel pathétique à la trêve.
En bon démocrate, le président du regroupement Alliance des mouvements du Kongo -AMK- et du parti Union démocratique africaine Originelle -UDA-Originelle- pèse bien ses mots à la différence des autres, qui eux, ont été extravagants dans leurs propos dictés soit par la haine, soit par la colère. Il appelle à l’accalmie.
«3 jours après le feuilleton Accord de Genève et ses rebondissements, il y a lieu de tourner la page et aller vers l’essentiel. Que les injures, justifications et autres sentiments de haine tribale que je condamne ne l’emportent pas sur la cause de l’essentiel», a-t-il recommandé aux uns et autres dans un tweet.
Ayant contemplé des coups fourrés ainsi que des pièges évoqués par Vital Kamerhe après sa rétractation, la mauvaise fois dénoncée par Félix Tshisekedi ou encore l’appel de Martin Fayulu à ses deux frères précités à se joindre à eux, le coordonnateur d’Ensemble pour le changement dans le Grand Kasaï n’a pas voulu envenimer la situation déjà critique. En condamnant les injures et les sentiments de haine tribale qui inondent les médias traditionnels et les réseaux sociaux ainsi que les justifications, pourtant éhontées des uns et des autres, l’ancien gouverneur remet tout le monde sur le rail, lui indiquant le chemin à suivre: «tourner la page et aller vers l’essentiel». En lisant entre les lignes sa pensée, ce qui est arrivé est déjà arrivé. Il faut oublier et focaliser l’attention sur l’avenir, à savoir comment obtenir la tenue des élections libres, démocratiques et transparentes, et obtenir l’alternance politique tant réclamée.
Le tollé soulevé dans les réseaux sociaux l’a attristé. «Ces insultes ne nous feront pas avancer plutôt que nous détruite complètement», a tapé Lubaya, estimant que malgré les divergences de vue observées au sein de l’Opposition politique, le Front commun pour le Congo -FCC- ne devrait pas prétendre que le chemin est balisé pour son candidat président, Emmanuel Ramazani Shadary. Au lendemain de l’annonce du retrait de Félix et Kamerhe de l’Accord de Genève, Néhémie Mwilanya, coordonnateur du FCC, avait appelé «tous ceux de l’Opposition qui se sont sentis lésés de rejoindre le FCC».
Octave MUKENDI         

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer