ActualitésNation

Budget: Aimé Boji invité à corriger les erreurs de Mayo

Ayant aussitôt pris les commandes du ministère du Budget, le ministre d’Etat Aimé Boji est vite alerté par les agents et cadres de l’Administration de ce ministère géré depuis un certain temps par les hommes issus de l’Union pour la nation -UNC-, parti cher à Vital Kamerhe.

«Le nouveau patron a pris les clés du cabinet. Nous l’avons bien accueilli. Et nous l’attendons, entre autres sur le dossier de la gestion des ressources humaines où il est sensé corriger le plus rapidement possible les graves erreurs commises par son prédécesseur surtout dans l’avancement des grades des cadres de notre administration», ont souligné les agents de ce portefeuille le jour de la remise et reprise. Dans leurs propos, ils ne jurent que sur des dispositions que doit prendre le nouveau locataire du Budget à corriger les injustices, le clientélisme et le favoritisme qui ont caractérisé la mise en place des cadres de cette administration.

L’ambiance était totale lundi 27 avril lors de la cérémonie de remise et reprise entre le vice-Premier ministre sortant, Jean-Baudouin Mayo, et le ministre d’Etat entrant, Aimé Boji. Au nombre des chansons animées par les cadres et agents des services administratifs publics de ce ministère figurent celles à travers lesquelles les fonctionnaires exigeaient le respect des prescrits des articles 16, 17, 18, 19 et 20 se rapportant à l’avancement des grades.

«Cette opération est guidée par deux exigences, à savoir: la vacance créée et la position statutaire de l’agent bénéficiaire de l’avancement en grade. Ce sont les deux conditions qui obligent à tout gestionnaire de procéder à la promotion des agents. Mais le vice-Premier ministre sortant n’a pas tenu compte de ces conditions lors de la mise en place qu’il a opérée avant de partir. Il a péché dans la mesure où il n’a pas respecté la loi n°16/013 du 15 juillet 2016 portant statut des agents de carrière des services publics de l’Etat qui précise bien le mécanisme de gestion des ressources humaines en activité de tous les ministères y compris de celles du ministère du Budget», ont-ils souligné.

Pour ces agents en furie, le VPM et ministre du Budget sortant n’a pas respecté la loi précitée. «En principe, face aux cadres de commandement disposant des grades statutaires allant jusqu’aux ordonnances de nomination prise par le Président de la République, il faut respecter la procédure. Mais l’ancien patron du Budget avait jugé bon de commissionner en cascade des agents partant des chefs de bureau aux directeurs.

Par cet acte, le VPM Mayo a sacrifié les cadres en ordre utile tout en le confiant inutilement à la Direction de contrôle budgétaire au sein d’une Division des enquêtes budgétaires qui est, en réalité, un service dormant qui fait perdre au ministère de grandes compétences», ont indiqué les fonctionnaires du Budget. A les entendre, de telles mises en place créent de pléthore dans le rang des cadres de commandement. «Voilà pourquoi nous invitons humblement le ministre d’Etat et ministre du Budget, Aimé Boji, à corriger ces actes posés par son prédécesseur. Faute de quoi, nous saisirons le Conseil d’Etat. Comme depuis un certain temps, ce ministère est géré par les ministres qui viennent de l’UNC. On dirait que c’est leur maladie de ne pas respecter les textes», ont-ils lancé.

Le VPM en charge de Fonction publique interpellé

Dans leurs déclarations, les fonctionnaires du ministère du Budget n’ont pas manqué de lancer un message au vice-Premier ministre et ministre en charge de la Fonction publique. Pour eux, le patron de la Fonction publique doit veiller sur les documents que lui envoient les autres ministres en rapport avec la mise en place et surtout pour ce qui concerne l’avancement en garde. «Le VPM en charge de la Fonction publique doit faire une bonne lecture des dossiers proposés par les autres ministres en ce qui concerne la mise en place des cadres de commandement», ont-ils proposé.

Tino MABADA

Articles similaires

Fermer
Fermer