ActualitésCultureMédiasSociété

«Balobaki», une recette de Ange Kasongo dans la lutte contre les manip’

La désinformation tue à petit feu tout celui qui la consomme. Et, avec l’influence des réseaux sociaux, l’infox se répand alors très vite. Ange Kasongo Adihe, journaliste et autrice RD-congolaise, apporte un regard attentif face à cette situation qu’elle qualifie d’ailleurs de très dangereuse. Telle est la raison de la publication récente de son livre intitulé «Balobaki». Présenté officiellement en décembre dernier à Kinshasa où elle vit et travaille, cet ouvrage combat efficacement les fausses nouvelles.

Publié à quelques semaines de la tenue de dernières élections de décembre 2023, en RD-Congo, le livre de Ange Kasongo, «Balobaki» qui se veut comme une arme efficace de lutte contre la manipulation et les fausses informations sur les réseaux sociaux, relate plutôt les élections qui ont eu lieu en RD-Congo toujours en 2018. L’autrice assume avoir fait expressément le choix de publier son livre en cette période électorale dans le but de «sensibiliser la communauté et les acteurs politiques en particulier sur les conséquences de la désinformation et l’impact de la prise de parole en public».

Ange Kasongo inscrit le choix de mettre à disposition du public, pendant la période post-électorale, son livre «Balobaki» dans une démarche d’éducation à la citoyenneté car, estime-t-elle, pendant la campagne électorale, certains discours peuvent être séparatistes et les politiques passent à autres choses, mais les communautés restent sur ces discours. D’où, la nécessité de sensibiliser toutes les couches de la société afin d’éviter certaines dérives. Après cette période, d’aucuns pensent que la journaliste a réellement joué sa partition en éveillant les esprits tombant souvent dans cette forme de manipulation qui sévit dans la sphère politique.

Partout où Ange Kasongo passe, elle ne cesse de présenter ses recettes dans la lutte contre le fake news. Le livre «Balobaki», la démocratie RD-congolaise à l’heure des réseaux sociaux, continue d’attirer nombre d’admirateurs. On s’en est rendu compte, notamment, lors de la 3ème édition du Salon du livre africain de Paris, tenu du 15 au 17 mars 2024, dans les locaux de la mairie du 6ème arrondissement de Paris. Participer à ce salon, était pour la journaliste RD-congolaise, d’une grande importance du fait de sa portée à l’échelle internationale qui, pour elle, «est une belle vitrine pour la culture RD-congolaise, mais aussi pour l’histoire de la politique RD-congolaise en générale et, plus particulièrement, pendant la période électorale».

L’autrice évoque également la manière dont les réseaux sociaux ont influencé la politique et le débat public en RD-Congo pendant la période électorale. Dans ce même ordre d’idées, une conférence-débat, autour de cette publication, a été organisée à l’université de Genève. Des échanges fructueux dans un contexte scientifique entre enseignants, étudiants de cette institution d’enseignement supérieur et l’autrice Ange Kasongo. Plusieurs autres rencontres du genre se sont tenues également à Kinshasa.

Les 3 C de la prudence, cette théorie «avant-gardiste…»

Dans «Balobaki», Ange Kasongo fustige l’attitude des utilisateurs des réseaux sociaux face l’information. Elle relève un aspect pédagogique important dans lequel elle développe une théorie «avant-gardiste» qu’elle nomme les 3C de la prudence. Une manière efficace pour l’autrice d’interroger l’information reçue via les réseaux sociaux. Il s’agit là d’une procédure qui consiste, d’après Ange, de contacter l’auteur d’une publication sur les réseaux sociaux. Celui-ci peut être la personne qui relaie une information quelconque via les réseaux.

Ensuite, contacter les personnes ressources, entre autres les institutions officielles à travers leurs services de communication pour avoir une information officielle, vérifiée et pas falsifiée… Enfin, contacter des médias crédibles pour vérifier la véracité et l’authenticité d’une information avant de la partager sur les réseaux sociaux. Cela éviterait de propager les fausses informations et celles non vérifiées. Pour le journaliste Patrick Nzazi, également auteur, «Balobaki» de Ange Kasongo «est une œuvre intemporelle qui nous met face à notre responsabilité sur l’attitude à adopter face la propagation des informations sur le net. Nous sommes appelés à mettre encore de la rigueur dans le traitement des informations que nous publions».

A travers sa théorie de 3C de la prudence, Ange Kasongo appelle les lecteurs de «Balobaki», «de s’en approprier pour qu’elle, -la théorie de 3C de la prudence-, influence leur attitude et l’approche qu’ils auront désormais des informations qu’ils reçoivent».

Pathy MABUISA

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page