Actualités

Affaires foncières : Général Sikatenda, l’autre victime des abus de Kilangalanga

Victime de spoliation de ses deux parcelles jumelées dans la circonscription foncière de Ngaliema par le général Banze Lubunji, le lieutenant-général Sikatenda Shabani continue à réclamer justice afin que sa concession lui soit restituée. À ce jour, la demande d’exécution des décisions judiciaires irrévocables en sa faveur contre cette spoliation n’est pas encore entrée en application. Et pour cause, le Conservateur Kilangalanga, ancien conservateur des Titres immobiliers de Ngaliema, est à la base du blocage. Selon les avocats du général Sikatenda, Kilanganga se trouve être celui qui coopère avec les adversaires du propriétaire de cette concession dans le but de leur délivrer des faux titres fonciers.

Une situation juridique qui nécessite l’intervention et l’implication des autorités compétentes, notamment du Président de la République pour que justice soit faite. Après plus de dix ans de litige foncier avec la famille Kay Kumwimba, protégée par le général Banze, au total neuf décisions judiciaires irrévocables des Cours et Tribunaux de la RD-Congo étaient en faveur du général Sikatenda, le confirmant comme seul et unique propriétaire de ses deux parcelles jumelées n°27850 et 29105, sises en amont sur l’avenue Nguma et en aval sur l’avenue Walungu.

Aveu de Kilangalanga

Ces décisions ont été confirmées et renforcées par des certificats de non pourvoi en cassation. Des sources bien informées renseignent que le Conservateur Kilangalanga a été partie à tous les procès, à tous les niveaux. Et il a toujours reçu copie du jugement rendu par chacune de juridiction qui ont connu ce litige. Mais il a toujours privilégié les méthodes dignes de la pègre. Les avocats de Sikatenda affirment que Kilangalanga a déclaré un jour que même s’il accordait les titres aux adversaires du propriétaire, ce dernier aurait la latitude de les attaquer en justice pour faux et superposition des titres.

Un aveu qui en dit long sur les pratiques mafieuses érigées en règle par Kilangalanga. Le général Sikatenda et ses avocats rappellent à l’opinion qu’en date 24 juillet 2017, l’ancien Conservateur des titres immobiliers de Ngaliema avait même fait délimiter et placer des bornes par une équipe des géomètres sur terrain en présence des toutes les parties. C’est ainsi que Kumwimba a estimé pouvoir recourir aux voies de fait et au fait accompli sous la conduite du général Banze, afin de gagner par ce biais ce qu’il n’a pas pu obtenir par la voie de la justice et du droit. Le général Sikatenda tient, en outre, à rendre hommage aux Cours et Tribunaux RD-congolais qui, nonobstant le trafic d’influence au rendez-vous par le biais de certaines autorités de leur coterie, ont dit le droit.

Dans leur dessein de lui déposséder de sa concession le 2 novembre 2017, le général Banze, alors commandant de la Force terrestre des FARDC, avait mis à la disposition de Kumwimba deux camions transportant plus ou moins 72 éléments de la Police militaire du Camp Kokolo pour occuper militairement sa concession.

Après avoir commis leur forfait, les deux intouchables se sont partagés les deux parcelles jumelées de Sikatenda sans autre forme de procès, avec le concours de Kilangalanga. Étant dans une situation d’empêchement à l’époque, le général Sikatenda avait demandé à ses avocats d’adresser une plainte à l’Auditeur général des FARDC, qui avait requis en bonne et due forme l’inspecteur de la Police judiciaire, le lieutenant Marcel Mbaya, avec mission de se rendre sur place sur terrain pour constater l’état de la situation non sans inviter les parties au litige de participer contradictoirement à ses constatations et lui faire.

Parcelles illégalement occupées

Une descente sur les lieux qui avait tourné au drame pour l’inspecteur Marcel Mbaya, pourtant porteur d’une réquisition judiciaire et les éléments qui l’accompagnaient ainsi que pour les avocats, Léopold Mbuyi Kapuya et Alexis Kumabwene Kinda. Tous avaient été menacés d’atteintes corporelles, déchaussés et arrêtés sur ordre du général Banze. À l’heure actuelle où ses parcelles sont illégalement occupées par le général Banze en complicité avec Kay Kumwimba et son neveu Kabamba Kumwimba, Sikatenda Shabani veut être rétabli dans ses droits. Et ses parcelles, dénonce-t-il, sont même déjà morcelées.

Natine K.

Articles similaires

Fermer
Fermer