Sports

Luzolo bloque les comptes de LAC-Sarl à Ecobank

C’est le branle-bas de combat aux Lignes aériennes congolaises -LAC-Sarl. Sur base de sérieux soupçons de blanchiment de capitaux dans la transaction de la vente d’une grande villa située dans le quartier GLM et appartenant à la première compagnie aérienne nationale de la RD-Congo, le conseiller spécial du Chef de l’Etat en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme vient d’initier une enquête par ses services.
Les premiers éléments de ces investigations ont abouti à la saisie du compte de LAC-Sarl auprès d’Ecobank où les opérations de virement ont été effectuées. Il sied de signaler d’emblée que les autres comptes bancaires dont dispose LAC-Sarl dans bien d’institutions financières du pays telles que la BIC, la BIAC, la RAWBANK, la FIBANK, AFRILANDBANK, TMB, PROCREDIT, etc. ne sont nullement concernés par cette saisie conservatoire. Alors, pourquoi tant d’agitations? Où sont passés les millions de dollars américains laissés en compte par Cherubin Okende Senga et Vincent de Paul Kibwe Kasongo au moment de la passation du témoin avec le comité Norbert Sengamali? Ce montant de plus de USD 2 millions aurait dû être affecté à la poursuite de la paie de 10% des arriérés décotés des travailleurs, au désintéressement des retraités, des veuves et autres orphelins.
Ces dernières années, les recettes attendues annuellement s’élevaient à une moyenne de plus de USD 4 millions générés par les accords commerciaux avec les compagnies tierces, les travaux d’assistance au sol dans les aéroports du pays, la location des installations pétrolières disséminées à travers les provinces et d’autres biens du patrimoine tant matériel qu’immatériel. Quel usage a-t-on fait de ces plantureuses ressources?
Depuis près de 24 mois, plus de 1200 travailleurs de LAC-Sarl sont contraints de rester chez eux, délestés de tous leurs droits sociaux -salaires, soins médicaux, frais pharmaceutiques, frais funéraires, etc. Les décaissements en matière de rémunération mensuelle oscillent autour de USD 24.000 pour près de 200 travailleurs retenus à Kinshasa et USD 35.000 pour 8 membres du comité illégal de liquidation de cette entreprise.
Félicitations à Kabila et Luzolo
Qui cherche à détourner les travailleurs de LAC-Sarl, les veuves et les orphelins pour les instrumentaliser en vue de faire ombrage à l’action pourtant salutaire de hautes instances de la République en faveur de la protection de leurs droits socioéconomiques? Les agents et cadres membres de DAC-ONG -Organisation non gouvernementale de défense des droits des travailleurs de LAC-Sarl- s’insurgent contre la manipulation de cette minorité fragile par des gens sans scrupules qui s’engraissent aux mamelles des fossoyeurs de cette entreprise publique.
Au contraire, par la voix de leur secrétaire général, ils saisissent cette opportunité pour remercier et féliciter le Chef de l’Etat pour son implication personnelle dans la recherche des solutions à l’épineuse question de la survie de LAC-Sarl à travers son conseiller spécial Emmanuel Luzolo Bambi Lessa.
Au moins, depuis que le conducteur de l’Opération «manu pulite» a pris les choses en main, beaucoup de contre-vérités commencent à voler en éclats, même les réputations les mieux assises. Son action sécurise les travailleurs du «Léopard volant» qui vont maintenant connaître toutes les vérités cachées.
Selon les cadres de direction de cette entreprise croisés dans une séance de travail au centre-ville, les travailleurs de LAC-Sarl n’ont jamais cru à la sincérité ni à une quelconque volonté politique du gouvernement d’agir dans le sens de la protection des intérêts de leur compagnie ainsi que du personnel.
Ceci n’est qu’un secret de polichinelle, les gouvernants RD-congolais ont la fâcheuse manie de transformer les droits inaliénables des travailleurs de tous les secteurs d’activités en faveurs.
Les cas des laissés pour compte de l’ONL, la BZCE, la BCA, la NBK, la STUC, CITYTRAIN, la GECAMINES, etc. sont plus qu’éloquents.
Sensibilisation de toutes les instances de prise de décision dans les hautes sphères
Forts de toutes ces évidences, les aviateurs ont pris le soin de sensibiliser toutes les instances de décision dans les hautes sphères du pays de manière à barrer la route à cette injustice criante de la dissolution et liquidation illégales décidées par le gouvernement Matata au mépris des lois nationales, accords et traités internationaux ratifiés par la RD-Congo en matière d’emploi. La chambre haute des sages du Parlement dont la plupart connait le passé élogieux de LAC-Sarl et les causes profondes de ses contre-performances, s’est prononcée sans ambages en faveur du maintien à flots de Lignes aériennes congolaises. Esquive du chantre des équilibres macroéconomiques.
La justice a tranché avec le jugement avant-dire droit du Tribunal de commerce de Kinshasa/Gombe interdisant toute vente des biens du patrimoine de LAC-Sarl. Tentatives de contournement par des manœuvres dilatoires des liquidateurs. Sans succès. L’affaire est pendante devant la Cour suprême de justice faisant office de Cour de cassation et prise en délibéré pour renvoi de juridiction.
Malgré cet arrêt du Tricom/Gombe fait à grand renfort de tapage médiatique, des téméraires ont osé braver la justice en déliant leur bourse pour s’approprier quelques biens du patrimoine immobilier de LAC-Sarl. Outre le conflit d’intérêts relevé dans le comportement du ministre des Transports et voies de communication et de l’administrateur délégué, liquidateur de LAC-Sarl et directeur commercial de Congo Airways, le conseiller spécial vient de débusquer le lièvre.
Des personnes morales et physiques autopropulsées dans le collimateur
Parmi les soumissionnaires figurent des personnes morales et physiques autopropulsées dans le collimateur de Luzolo Bambi.
Suite à de sérieux soupçons de blanchiment de capitaux dans la transaction sur la vente d’une grande villa de LAC-Sarl située dans le quartier GLM à Gombe, le mentor de l’Opération «mains propres» a engagé ses limiers à en assurer la traçabilité. Première mesure conservatoire, saisie du compte de LAC-Sarl à Ecobank où s’est opérée la transaction par virement bancaire. Voilà la vérité.
Or, LAC-Sarl dispose de plusieurs comptes bancaires dans les institutions financières éparpillées tant dans la ville de Kinshasa qu’à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Ces comptes ne sont nullement frappés par cette mesure de saisie conservatoire. Le problème se situe ailleurs. Le comité de liquidation mis en place en violation de la loi, ne s’est jamais empressé d’honorer les droits des travailleurs.
Pendant plus de 23 mois et deux semaines, il n’a jamais posé un acte significatif dans ce sens. Ce n’est pas au crépuscule de son mandat de douze mois renouvelables une fois, dont la fin intervient le 12 septembre 2016, qu’il va s’amender. Il est de notoriété publique que l’ardoise sociale des travailleurs de LAC-Sarl gravite autour de USD 200 millions.
Au lieu de s’appuyer sur les travailleurs, premiers concernés, des vendeurs d’illusions font avaler des couleuvres aux veuves et orphelins délaissés par ce comité de liquidation pour leur faire croire qu’avec un montant dérisoire de moins de 3 millions tous les arriérés des travailleurs, retraités et veuves peuvent être résorbés.
Des miettes pour calmer la tension sociale
Or, dans les couloirs d’air terminus, des rumeurs persistantes font état de la tentative de libération de quelques miettes pour calmer la tension des travailleurs et le reversement du plus gros montant de leurs arriérés dans la dette publique que le gouvernement n’a jamais honorée. Les agents et cadres de DAC-ONG croient toujours aux chances de relance de leur compagnie qui dispose d’atouts majeurs sur le plan matériel et immatériel, des ressources humaines et une expertise éprouvée.
Avec un management responsable, crédible et avisé doublé d’une volonté politique affirmée du gouvernement appelé à élaguer toutes les entraves, LAC-Sarl peut reprendre du muscle en un temps record et recouvrer sa place dans l’espace aérien tant national qu’international. Des plans de redressement foisonnent.
Tino MABADA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer