Sports

Emile Ngoy a jeté les bases, le tennis RD-congolais moissonne deux médailles d’or

«Le Tennis RD-congolais trône fièrement au sommet du tennis africain. Avec deux médailles en or lors des Jeux africains de Brazzaville, notre pays est actuellement le premier pays olympique du continent en tennis. A deux reprises, le drapeau RD-congolais a flotté et l’hymne national a été chanté deux fois. C’est une nouvelle page de l’histoire que nous venons d’écrire», a déclaré Emile NgoyKasongo, président de la Fédération congolaise de lawn-tennis
C’est historique! Le tennis vient de remettre la RD-Congo sur orbite au niveau continental. Les tennismen RD-congolais, participants aux 11èmes Jeux africains qui se sont déroulés à Brazzaville du 04 au 19 septembre 2015, ont glané deux médailles d’or sur les 16 remportées par la RD-Congo à ces jeux. Denis Indondo, capitaine de la sélection RD-congolaise de lawn-tennis, très connu sous le pseudo d’Aboma, s’est d’abord illustré en individuel simple messieurs pour la première médaille d’or. Le même  Aboma s’est adjugé la deuxième médaille d’or RD-congolaise.
Cette fois-ci, en finale double. Une double performance qu’il a réussie de la plus belle manière à revoir le film de deux confrontations. Fier de cet exploit qui a porté haut l’étendard de la RD-Congo, Emile NgoyKasongo, président de la Fédération congolaise de lawn-tennis -FECODELAT-, a vanté la brillance de l’athlète Denis Indondo -Aboma. «Mené au départ 5-1 dans le premier set, Aboma est parvenu à remonter coup sur coup jusqu’à égaler, puis renverser, 7-6, son adversaire béninois Alexis Klegou. C’est une grande performance inégalée. C’est extraordinaire. On a eu des larmes de joie ce jour-là», s’est-il réjoui.
A n’en point douter, Emile NgoyKasongo est un visionnaire. Comme il l’avait prédit au lendemain de son élection à la tête de la Fédération congolaise de lawn-tennis -FECODELAT-, le tennis RD-congolais est enfin arrivé au sommet du tennis au niveau africain. Détenteur du titre continental de cette discipline sportive, les tennismen RD-congolais ont une nouvelle fois fait la fierté des couleurs nationales aux 11èmes Jeux africains de Brazzaville en glanant deux médailles d’or sur les 16 remportées par la RD-Congo.
Un double exploit qui porte la signature du tennisman Denis Indondo Aboma, capitaine de la sélection RD-congolaise. Il a fait preuve de grande classe face à son adversaire béninois Alexis Klegou en finale simples messieurs après avoir été malmené. Mené 5-1 en début de la partie, Aboma a pris le dessus sur le Béninois en s’imposant au finish 7-6. Le même Aboma récidive en raflant la médaille d’or en finale double. Une double performance extraordinaire qui fait la joie d’Emile Ngoy. «La RD-Congo est au top du tennis africain. Avec deux médailles d’or, elle est actuellement le premier pays olympique en tennis au niveau africain avec deux médailles d’or. A deux reprises, le drapeau RD-congolais a flotté et l’hymne national a été chanté deux fois», a-t-il déclaré.
A en croire Emile Ngoy, cette prouesse n’est pas le fruit du hasard, car la victoire se prépare toujours. «Nous avons suivi de très près la préparation de nos jeunes athlètes. Personnellement, je leur parlais souvent de la détermination et de la discipline. Et tout le staff technique était là pour accompagner l’équipe. Bien qu’au départ personne ne croyait aux athlètes du tennis, mais la réalité est que nous sommes champions», a-t-il confié.
Concernant Aboma, le patron du tennis RD-congolais a signifié que son déplacement pour une préparation à l’étranger était financé par un sponsor privé. Ce qui peut se justifier par le fait que cette fédération n’est toujours pas prise en charge par l’Etat RD-congolais. «Le manque des moyens financiers conséquents n’a pas été un frein à notre détermination. Avec le peu de moyens à notre disposition, nous avons pu  atteindre ce haut niveau. Jusque-là, le tennis n’est pas pris en charge par l’Etat. Actuellement, nous sommes le premier sport olympique en RD-Congo. Nous avons démontré nos performances, nos qualités et les résultats le prouvent. Il appartient maintenant à l’Etat de s’impliquer pour amener cette discipline au plus haut sommet»,a souligné Emile Ngoy. Dans leur vision des choses, Emile Ngoy et tout son staff veulent avoir chaque année un champion dans différentes rencontres olympiques, faisant notamment allusion aux Jeux olympiques de Rio, prévus en 2016.
Dans cette perspective, la FECODELAT prépare un agenda qui prévoit d’envoyer ses athlètes en stage plusieurs fois pour se maintenir au plus haut niveau. Elle envisage également créer une pépinière pour organiser le tennis dans les écoles dès le bas âge en vue d’assurer la relève. La FECODELAT entend également lutter pour la construction sur l’ensemble du pays des infrastructures adaptées permettant la pratique du tennis afin de faciliter la détection des talents et de populariser la discipline. Ce qui implique de moyens financiers conséquents.
Pour y arriver, Emile Ngoy compte plus sur l’appui du gouvernement RD-congolais. «L’argent est reconnu comme le nerf de la guerre. Pourtant, notre fédération en manque cruellement alors qu’elle vient de démonter à la face du monde de quoi elle est capable. Nous avons besoin des moyens pour faire de la RD-Congo une référence dans cette discipline comme ce fut le cas autrefois avec le basketball et aujourd’hui le football», a martelé Emile Ngoy.
Guylain LUZAMBA

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer