Société

Soutien au dialogue: Bongongo, Mende et Bitakwira au top

Pour apprécier la contribution des acteurs politiques et de la Société civile pour la concrétisation du dialogue national inclusif, Sondage Echos d’Opinion, a interrogé les Kinois. Son échantillonnage est constitué de 1000 personnes choisis en tenant compte entre autres de sexe, niveau d’études et tranche d’âge. Les critères relatifs aux accointances ethnico-tribalo-linguistique et régional ont été écartés au cours de l’enquête. Ce sondage atteste que les RD-Congolais s’intéressent au dialogue national et soutiennent son organisation. Ils savent également évaluer et apprécier les efforts déployés par les différentes personnalités politiques et celles de la Société civile dans cette entreprise initiée par le président de la République. Selon ledit sondage organisé du 10 au 16 avril, l’Opposition politique arrive en tête dans son soutien à ce forum. Décryptage des résultats.
A la lecture de son dernier tableau dans lequel ne sont repris que les noms de dix personnalités ayant réalisé le meilleur score au cours du Sondage Echos d’opinion, il saute aux yeux que l’Opposition politique a joué un rôle majeur par rapport au soutien qu’elle a apporté au Dialogue national. Elle se taille la part du lion pour avoir été au devant du front. Dans cette démarche, l’Opposition RD-congolaise aligne cinq personnalités issues de ses rangs, soit la moitié du top de palmarès.
Michel Bongongo, secrétaire général de l’Union pour des forces du changement -UFC- et actuellement ministre d’Etat au Budget, occupe la première place du sondage avec 82% des suffrages. «Les Congolais ont salué son courage, sa clairvoyance et sa détermination pour avoir rompu très tôt avec une certaine tiédeur observée dans le camp de la majorité et les atermoiements de l’opposition qui ne parvenait pas à se prononcer clairement au sujet de l’approbation ou non de la tenue du dialogue inclusif au départ réclamée par elle», révèle le sondage. Et de préciser que Bongongo a pris le courage d’organiser deux matinées politiques au cours desquelles il a appelé les militants de l’UFC associés à la presse à sensibiliser les RD-Congolais à soutenir l’organisation d’un forum national inclusif afin de préparer une issue apaisée des élections.
Pour sa part, Lambert Mende Omalanga, autorité morale de la Convention des Congolais unis -CCU-, sociétaire de la Majorité présidentielle, ministre de la Communication et médias et porte-parole du Gouvernement, arrive en 2ème position avec 71% des suffrages. Les résultats montrent que contre vents et marées, il a défendu bec et ongles la tenue du dialogue au moyen duquel le peuple pourra s’atteindra à une issue apaisée des élections afin de ne pas tomber dans des cacophonies et désordres aux conséquences néfastes telles qu’observées en 2011.
Il est suivi de Justin Bitakwira, député national, élu de la ville d’Uvira dans le Sud-Kivu, cadre de l’Union pour la nation congolaise -UNC-, parti de Vital Kemerhe. Il obtient 66% pour son esprit d’indépendance et sa liberté d’opinion et pour s’être prononcé en faveur du dialogue.
La 4ème place au classement revient à Antoine Boyamba, vice-ministre des Congolais de l’étranger qui caracole 65% des points. Les sondés jugent son action positive dans la sensibilisation de la diaspora RD-congolaise qui sera conviée au dialogue et aussi il a amené les fils égarés, dits combattants, à cesser tout acte de violence à l’étranger sur les compatriotes aux commandes dans le pays et leurs proches. Stève Mbikayi, président du Parti travailliste, parti de l’Opposition, obtient 60,4%. Ceux qui l’ont choisi estiment qu’il a appelé au dialogue pour sauver la démocratie en RD-Congo tout en reprochant au camp des anti-dialogues de vouloir se faire imposer au pouvoir par l’occident au détriment du peuple.
La sixième position est occupée par Marini Bodho, président de l’ECC avec 57,7% d’opinion favorable pour avoir été le premier dignitaire issu des confessions religieuses à avoir pris une position sans équivoque en faveur du dialogue national inclusif. Bruno Mavungu, SG de l’UDPS/Tshisekedi trône en 7ème position avec 55,6% pour avoir déclaré après s’être concerté avec le président de l’UDPS à Bruxelles que son parti prendra part au dialogue. La seule femme, Cathy Kalanga, arrive en 8ème position avec 55% pour avoir soutenu la tenue du dialogue avant l’organisation des élections car les désordres qui en découlent touchent la femme en premier lieu. L’ambassadeur Alain Atundu, porte-parole de la MP vient en 9ème position et Azarias Ruberwa arrive en 10ème position.
Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer