Société

Save the children souhaite l’augmentation des sites de soins de santé communautaires

Une nouvelle action salvatrice pour l’enfant kinois. Elle est l’œuvre de l’ONG Save the children international -SCI- qui, profitant de la fête de l’enfant africain, a lancé la campagne «Aucun enfant oublié». «La campagne a pour ambition d’œuvrer à ce que plus aucun enfant ne meurt de cause évitable avant son 5ème anniversaire, que tous les enfants aient un accès à des services d’éducation de base et que plus aucune forme de violence envers les enfants ne soit tolérée», a précisé Arsène Niangoran, directeur de programme et représentant de Heather Kerr, directrice-pays de SCI. Dr Arsène Niangoran a appelé, à travers cette campagne, à une prise d’action collective afin de permettre à chaque enfant d’avoir une enfance accomplie dans un environnement protecteur d’apprentissage.
A travers le monde, les enfants sont frappés par une crise dans des proportions considérables. Leur avenir est sérieusement mis en danger. Au moins 700 millions d’enfants sortent trop tôt de l’enfance. A la base, les problèmes de santé, les conflits, la violence extrême, le mariage et grossesses précoces, la malnutrition, la privation d’éducation, le travail des enfants et la mortalité infantile. Chaque jour, plus de 16.000 enfants meurent avant d’avoir atteint 5 ans pour des causes évitables.
Selon le rapport sur l’Enfance volée, publié le 1er juin dernier par l’ONG SCI à l’occasion de la Journée de l’enfance africain, le taux de mortalité infantile a chuté de 40%, le taux de déscolarisation de 50% et celui de malnutrition a connu une baisse de 4% en RD-Congo.
Cela traduit les progrès indéniables réalisés ces vingt dernières années. Cependant, le chemin à parcourir pour que tous les enfants RD-congolais jouissent de la plénitude de leurs droits est encore long. Œuvrant en faveur des enfants depuis près d’un siècle, l’ONG Save the children international ne cesse de multiplier des actions pour voler à son secours.
En RD-Congo, en plus des actions remarquables entreprises dans le secteur de l’éducation, l’ONG vient d’initier une campagne prioritaire dénommée «Aucun enfant oublié» qui, dans un premier temps, se focalisera sur la ville-province de Kinshasa.
Son lancement officiel est intervenu vendredi 16 juin 2017 au Cercle gourmand de Kinshasa dans la commune de la Gombe. «Je suis d’autant plus fier que ce lancement se déroule le 16 juin, jour qui marque la célébration de la journée de l’enfant africain dont le thème de cette année est l’autonomisation et l’égalité des chances pour tous les enfants de la RD-Congo», s’est réjoui, dans son discours inaugural, le Dr Arsène Niangoran, directeur de programme et représentant de Heather Kerr, directrice-pays de SCI. Et de faire savoir: «la campagne a pour ambition d’œuvrer à ce que plus aucun enfant ne meurt de cause évitable avant son 5ème anniversaire, que tous les enfants aient un accès à des services d’éducation de base et que plus aucune forme de violence envers les enfants ne soit tolérée».
Augmenter le nombre de site de soins communautaires
Selon le Dr Niangoran, cette campagne est la plus vaste jamais lancée par Save the children au niveau mondial découlant des thématiques diverses et variées touchant au bien-être physique, mental et social de l’enfant, surtout les plus vulnérables. Il a appelé, à travers cette campagne, à une prise d’action collective afin de permettre à chaque enfant d’avoir une enfance accomplie dans un environnement protecteur d’apprentissage.
Pour ce faire, le Dr. Niangoran a invité le gouvernement provincial de Kinshasa, à l’horizon 2018, à augmenter de 50% le nombre des sites de soins communautaires dans les communes à faible accès aux service de santé et à augmenter également d’au moins 30% le nombre d’agents de santé communautaire identifiés et formés pour la prise en charge des cas simples de paludisme, diarrhée, pneumonie et malnutrition chez les enfants.
Finalement, le Directeur programme de SCI a appelé à l’établissement d’un cadre de plaidoyer et redevabilité pour le droit et l’accès à la santé pour les enfants marginalisés dans la province de Kinshasa, en vue de réaliser les défis pour la survie de l’enfant kinois.
A l’endroit du gouvernement central, le Dr Niangoran a plaidé en faveur de la continuité des œuvres bénéfiques pour les enfants de telle sorte que nul d’entre eux ne soit privé de son enfance à cause des maladies évitables, à travers l’adoption de politique de financements spécifiques à l’accès aux services de santé pour les personnes vulnérables, notamment les enfants de moins de 5 ans. «Il nous faut saisir l’opportunité que nous offre la campagne prioritaire «Aucun enfant oublié» de mettre en avant une action populaire de mobilisation, de plaidoyer et de communication pour le changement social et individuel de comportement», a-t-il estimé, invitant tout l’auditoire à signer la pétition globale sur le site officiel de la campagne disponible à l’adresse suivante : endofchildhood.org. «En tant que défenseurs des droits des enfants, nous devons renforcer nos actions d’information, de sensibilisation et d’éducation de nos communautés, de nos pairs, de nos leaders d’opinion pour un changement de comportement effectif et bénéfique pour tous», a finalement noté le directeur de programme de SCI.
Laurent OMBA

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page