Société

RDC : La ministre Rose Boyata viole l’instruction du PM Ilunga, elle snobe le Conseil des ministres

Le Club vision communautaire pour le progrès des populations -CVCPP- alerte. Dans une lettre datée du 5 août 2020 et adressée au Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, cette ASBL appelle le chef de gouvernement RD-congolais à se pencher sérieusement sur les agissements de la ministre des Affaires sociales, Rose Boyata Monkaju. «Nous sollicitons des autres hautes autorités de la République de se pencher sérieusement sur les agissements de Madame la ministre des Affaires sociales au regard de l’importance et de la sensibilité du secteur qu’elle dirige et qui ne doit pas faire l’objet d’amateurisme», écrit Vincent Tshimankinda, président de l’ASBL CVCPP.

Le Club accuse entre autres la ministre des Affaires sociales d’avoir signé, en date du 12 juin 2020, un arrêté portant désignation d’un mandataire pour le continent européen. «Cet arrêté a été pris en exécution du Protocole signé au nom de la République démocratique du Congo par Madame Rose Boyata Monkaju, ministre des Affaires sociales, et l’ONG dénommée Solidarité africaine pour le développement -SAD/ONG. A la lecture de ce Protocole, il se dégage des violations graves de la loi qui sont de nature à préjudicier l’intérêt général et à créer l’incohérence dans le fonctionnement des institutions de la République», dénonce l’ASBL CVCPP.

Pire, «cet arrêté et ce protocole dénotent la méconnaissance du fonctionnement des institutions par la ministre des Affaires sociales. En effet, elle confie une mission internationale à une ONG sans associer ni le ministère des Affaires étrangères, ni le ministère de la Coopération au développement, ni même la Présidence de la République ou la Primature».

L’ASBL déplore que la mission confiée à SAD/ONG par la ministre des Affaires sociales relève d’une mendicité à grande échelle. «La ministre des Affaires sociales est tombée sous le coup de la loi pénale», tance l’ASBL CVCPP, accusant encore la cheffe des Affaires sociales en RD-Congo de violer l’instruction du Premier ministre du 20 janvier 2020.

Cette instruction invite tout ministre à soumettre, préalablement aux délibérations du Conseil des ministres, tout projet d’arrêté ministériel, hormis ceux relatifs à l’organisation des cabinets. «Cette instruction est maintes fois rappelée par Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat», évoque le CVCPP. Ci-dessous, la lettre du CVCPP adressée au Premier ministre.

Tino MABADA

Articles similaires

Fermer
Fermer