Société

La RD-Congo prône la mise en place d’un cadre d’échanges

Les différentes parties engagées dans l’Accord-cadre d’Addis-Abeba ont proposé la mise en place d’un cadre d’échanges entre les partenaires internationaux et le gouvernement de la RD-Congo sur la mise en œuvre des engagements nationaux de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba. C’est la décision sanctionnant l’atelier multi-acteurs d’évaluation de la mise en œuvre des engagements, dans le cadre l’Accord-cadre d’Addis-Abeba pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RD-Congo et la région des Grands lacs.
Denis  Kalume, coordonnateur du Mécanisme de suivi de l’Accord-cadre -MNS-, a indiqué qu’à travers un processus inclusif, participatif et consensuel, les travaux ont été une opportunité d’améliorer les critères de suivi et indicateurs de performance relatifs aux engagements nationaux. «Le caractère exhaustif et l’approche innovante constituent un indicateur important de la détermination du Chef de l’Etat à conduire la RD-Congo vers la route de l’émergence et du progrès pour son bien-être», a déclaré Denis Kalume, à la clôture de l’atelier. Le coordonnateur du MNS a signifié que l’Accord-cadre d’Addis-Abeba dispose que la RD-Congo, les pays limitrophes, les partenaires régionaux travaillent de façon synchronisée afin de promouvoir les engagements. A l’issue de cet atelier, la partie RD-congolaise a décidé de mettre en place un cadre d’échanges entre les partenaires internationaux et le gouvernement de la RD-Congo sur la mise en œuvre des engagements nationaux de l’Accord-cadre. Un mécanisme de suivi régional impliquant les dirigeants des pays de la région sera établi et se réunira pour la mise en œuvre des engagements régionaux, dans le respect de la souveraineté des Etats concernés en vue d’évaluer les progrès.
Honorer les engagements pour la paix dans la région des Grands lacs
Denis Kalume a reconnu que la majeure partie de la population RD-congolaise n’a pas ressenti les avantages concrets de paix résultant de cet Accord-cadre, surtout dans la partie Est de la RD-Congo. A l’en croire, le gouvernement RD-congolais se montrera à l’hauteur des engagements pris dans le cadre de cet Accord, et fera de sa mise en œuvre une priorité, permettant la reforme du secteur de la sécurité, le développement économique et la réconciliation. Denis Kalume a souhaité que les gouvernements régionaux honorent les engagements qu’ils ont pris pour apporter la paix dans la région des Grand lacs. Le coordonateur du MNS a déclaré que les RD-Congolais tiennent à la mise en œuvre et l’exécution des engagements des résolutions de cet Accord. «Tout se passe comme si Kinshasa est l’unique signataire de cet Accord. Aucun autre n’est contraint à cette obligation. Alors que quand on prend, par exemple, le thème de réforme politique, de la démocratie et des droits de l’homme, tous ces pays qui entourent la RD-Congo ne sont pas mieux lotis», a regretté Denis Kalume.  Conscient que l’insécurité est vrai frein pour l’organisation apaisée des élections, le coordonnateur du MNS a signifié que la RD-Congo a besoin de la paix.
Bijou KULOSO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer