Société

RACOJ échange avec la jeunesse sur l’amélioration de la riposte contre le VIH/SIDA

La représentante des jeunes à la réunion du Conseil national multisectoriel de lutte contre le VIH/SIDA -CNMLS- réunie au sein du Réseau des associations des jeunes contre le VIH/SIDA -RACOJ-, Dr Rachel Ndaya a organisé une rencontre avec les jeunes des organisations de la Société civile de toutes les tendances, samedi 12 septembre 2020, au Programme national multisectoriel de lutte contre le SIDA -PNMLS-, dans la commune de Kasa-Vubu. Cette séance de travail a essentiellement porté sur les stratégies à mettre en place pour améliorer la riposte au niveau de la jeunesse. Elle s’est tenue en marge de la réunion du CNMLS qui sera présidée par le Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi. L’objectif de la séance de travail était de réfléchir ensemble autour des problèmes majeurs que connaissent les adolescents et jeunes dans les interventions sur le VIH/SIDA et autres problèmes de santé sexuelle et reproductive. Au cours de la rencontre, les participants ont noté comme problème, parmi tant d’autres, le manque de moyens pour assurer la prise en charge des jeunes PVV. Ils ont par ailleurs proposé des pistes des solutions afin de rendre efficace la riposte du VIH/SIDA au niveau de la jeunesse, entre autres le renforcement des capacités des acteurs communautaires et des prestataires de santé pour une bonne prise en charge de jeunes PVV. Leurs recommandations seront soumises au Chef de l’État lors de la prochaine réunion du CNMLS qui sera tenue à Kinshasa. Dr Rachel Ndaya a fait savoir, lors de ladite rencontre avec les jeunes, que 85% de la population RD-congolaise est constituée des jeunes, voilà pourquoi ils doivent être suffisamment informés sur le VIH/SIDA. «Le taux de prévalence du VIH/SIDA de la population en général est de 1,2% et les jeunes représentent 0,7% dans la tranche d’âge de 15 à 24, et environs 200.000 malades sont sous traitement -ARV-, raison pour laquelle nous sommes réunis pour faire des propositions afin d’améliorer la riposte», a-t-elle renseigné, indiquant que l’ONU SIDA entend réduire d’ici 2030, 90% des nouvelles infections du VIH/SIDA, assurer le dépistage et mettre sous traitement 90% de la population.

Parousia MAKANZU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer