Société

Patrick Muzungu à la rescousse de ses «jumeaux»

Ambassadeur de Lingwala pas comme hier, une plate-forme de jeunes gens natifs de la commune de Lingwala, assistant à l’Université protestante au Congo -UPC-, candidat député provincial sous le label d’ENVOL… Patrick Muzungu Mayombo est altruiste. Il a littéralement volé au secours de ses jumeaux: les bébés nés à la même date que lui, un certain 9 mai. Habillés en t-shirt de leur plate-forme, Patrick Muzungu et les siens se sont rendus dans quelques hôpitaux de la commune de Lingwala pour y célébrer cet anniversaire. Cette délégation n’a pas été bredouille. Elle a apporté quelques vivres de premières nécessités pour ces bébés et leurs mamans, les mamans de Patrick. «J’ai apporté de petits vivres pour soutenir ces familles qui sont dans le besoin. J’ai aussi rappelé à ces femmes que le gouvernement, par le biais du ministère de la Santé publique, demande aux femmes d’allaiter leurs bébés pendant les six premiers mois de leur naissance. Les enfants ne doivent que se nourrir du lait maternel», a-t-il déclaré. À en croire ses propos, son geste n’a rien à voir avec des raisons politiques, propagandistes ou électorales.
«Il est de coutume, le jour de son anniversaire, de convoquer amis, copines, frères, collègues, etc. pour partager une bouteille, un verre, un plat ou un bon poulet mayonnaise à Bandalungwa -ce qui du reste n’est pas mauvais- mais pour mon anniversaire cette année, j’ai voulu partager mon bonheur et mon sourire avec un nouveau-né, un enfant qui est né le 9 mai comme moi en lui apportant un peu de vivres. C’était un pur bonheur pour moi de le faire. L’un des parents a même décidé d’appeler son bébé Patricia», a posté Patrick Muzungu sur son compte facebook avant de publier quelques photos retraçant ce moment de bonheur.
«Lingwala n’a plus de dignes fils…»
Militant pour l’éveil de conscience des jeunes, Lingwala pas comme hier, plate-forme dont il est ambassadeur, rêve d’une révolution au sein de cette commune. Cette structure veut recréer des valeurs et des modèles dans tous les domaines: sport, culture et politique et tant d’autres. Pour lui, Lingwala n’a plus de dignes fils. Il a estimé que Lutumba Simaro, dans le domaine de musique, est resté le seul. «Notre commune regorge beaucoup de talents. Il nous faut tout simplement exhorter les natifs de cette municipalité à les soutenir. Cela leur permettra de croire en leur avenir et de comprendre qu’ils peuvent également être la fierté de Lingwala et de leur famille», a-t-il signalé.
Lingwala pas comme hier n’entend pas rompre carrément avec ce qui s’est déroulé dans le passé. Cette structure veut, par contre, faire du vieux avec du neuf en dépoussiérant les valeurs d’hier non sans les moderniser et leur donner une nouvelle touche. Une vaste idée et un grand projet, Lingwala pas comme hier n’hésitent pas à rédiger des mémorandums à adresser aux autorités municipales quand quelque chose ne va pas. Initiée, fondée et nommée par Fabrice Boka, cette plate-forme est bien structurée. Ambassadeur, Patrick Muzungu représente le collectif. Travaillant au quotidien, le secrétariat est même en train de rédiger l’histoire de cette municipalité en échangeant avec les anciens bourgmestres et les anciens chefs de quartiers brefs ainsi qu’avec tous ceux qui ont eu une parcelle d’autorité à Lingwala. À cette liste s’ajoutent le coordonnateur, coordonnateur adjoint, le secrétaire et le collège de chercheurs historiens. Actif depuis juillet 2015, Lingwala pas comme hier, n’ayant pas de moyens coercitifs, met la pression, interpelle et organise des activités. «Septembre 2015, nous avons organisé une activité dénommée Tous à l’école. Avec nos petits moyens, nous avons apporté aux nécessiteux des cahiers, des stylos, des crayons… brefs des objets classiques. Nous avons également nettoyé des écoles, juste avant la rentrée scolaire. Ce sont des activités que nous faisons avec beaucoup de plaisir», a rappelé Patrick Muzungu.
Candidat député provincial, ce jeune ambitieux postule, selon ses propres termes, pour apporter du changement, du renouveau, du tonus juvénile et surtout pour ramener de la valeur éthique et morale dans la manière de conduire la chose publique, dans la manière d’être un représentant ou un leader. En un mot comme en mille, Patrick Muzungu veut avoir voix au chapitre.
BBS
Rosette Baye

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer