Société

RDC : OEMS a fait ses preuves avec le projet Kipay Invesiment

62 ans après l’indépendance de la RD-Congo, le pays dispose-t-il d’une expertise capable de mener des études d’impact environnemental sur les projets de développement ou doit-on toujours dépendre de l’extérieur? A cette question, le panel d’experts d’Office of Environnement and Mining Studies -OEMS-, un bureau d’études d’experts RD-congolais, a été très affirmatif. «Aujourd’hui, la République démocratique du Congo a une expertise avérée dans le domaine environnemental. Sur le plan technique, l’expertise existe. La qualité des travaux ne fait que s’améliorer surtout que le pays compte aujourd’hui une centaine de bureaux d’études», ont souligné les experts de l’OEMS.

Lors d’une conférence de presse lundi 14 février au CEPAS, dans la commune de la Gombe, les experts de l’OEMS ont haussé le ton à qui voulaient les entendre justement pour valoriser l’expertise RD-congolaise en matière d’étude d’impact environnemental sur les projets de développement. Une manière pour eux de couper ainsi l’herbe sous les pieds de tous ceux qui croient détenir le monopole de la connaissance de l’écosystème RD-congolais. Une manière aussi pour ces RD-Congolais de dénoncer les mauvaises langues qui mènent une campagne de dénigrement contre l’expertise de la RD-Congo.

Depuis des lustres, les experts RD-congolais en matière environnementale sont restés dans l’ombre des cabinets occidentaux qui avaient des moyens et de l’influence diplomatique. «Aujourd’hui, ils ont la confiance du gouvernement et des bailleurs de fonds publics dans divers projets. D’où, cette campagne de dénigrement orchestrée par certaines officines qui autrefois bénéficiaient de ces marchés RD-congolais», a souligné le Professeur Arthur Kaniki, un des experts de l’OEMS.

En réalité, cette sortie médiatique était pour démontrer noir sur blanc que certains cabinets d’études sont expérimentés et ont fait de preuves sur terrain. A la presse, le Professeur Arthur Kaniki de l’Université de Lubumbashi et membre du panel d’experts de l’OEMS a fait savoir que l’expertise RD-congolaise en matière d’étude environnementale est aujourd’hui avérée. «Notre pays dispose d’un laboratoire moderne unique en Afrique centrale et capable de réaliser n’importe quelle étude environnementale», a-t-révélé.

Toutefois, il a reconnu volontiers que les résultats produits par ce laboratoire sont interprétés par rapport à la norme occidentale pour la simple raison qu’en RD-Congo, le législateur n’a pas encore déterminé au niveau national cette norme. Jacques Ramazani, un des experts de l’OEMS, s’est appuyé sur plusieurs projets dont leur bureau a mené des études d’impact environnemental. Il a évoqué quelques cas notamment Kipay Invesment dans la province du Haut-Katanga.

Dans son exposé, il a démontré que la question environnementale ne fait l’ombre d’aucun doute qu’elle est maîtrisée par les experts RD-congolais n’en déplaise aux concurrents étrangers. Alors que la science environnementale reste la même et que la RD-Congo est dotée d’un laboratoire moderne en étude environnementale avec un personnel qualifié, a-t-il souligné, il est incompréhensible de constater que de groupes d’intérêts étrangers utilisent certaines organisations non-gouvernementales de leur obédience, pour saper le travail des experts RD-congolais en la matière.

«La question que d’aucuns devraient se poser est qu’à compétence égale comme c’est souvent le cas, qui entre ces occidentaux et les RD-Congolais connaissent mieux l’environnement de la RD-Congo», s’est demandé le Professeur Arthur Kaniki. Et d’ajouter: «comme l’argument sur le manque d’équipements ne tient plus la route, les ennemis de la RD-Congo tentent de remettre en question l’expertise des scientifiques RD-congolais comme si les études sur l’environnement diffèrent selon que l’on se trouve à l’hémisphère Nord ou Sud».

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page