Société

Le rapport FENAT 2016 adopté

Le ministre Bahati a précisé que toutes les recommandations qui n’ont pas pu être concrétisées jusqu’à ce jour ne sont pas rejetées mais, au contraire, les assises de ce forum les ont reconduites sous forme des recommandations nouvelles…
Réfléchir ensemble sur les voies et moyens pour la stabilisation et la relance économique de la RD-Congo suite à la chute des cours des matières premières; la promotion de l’entrepreneuriat local et l’assainissement de l’environnement socio-économique. Tels sont les trois objectifs principaux du Forum économique national 2016 -FENAT 2016- organisé du 25 au 28 avril à Kinshasa. Durant quatre jours, 196 experts, regroupés en quatre ateliers selon le rapprochement de l’objet social de leurs structures et des objectifs spécifiques poursuivis, ont adopté en unanimité le rapport FENAT 2016 et ont manifesté leur satisfaction pour la démarche consensuelle tout en remerciant les responsables qui les ont délégués à ces travaux et la haute hiérarchie qui a rendu les assises possible. Pour Modeste Bahati Lukwebo, ministre de l’Economie nationale, ce forum, conduit par le Cadre permanent de concertation économique -CPCE-, vient de permettre à tous de réaliser que le gouvernement de la République déploie au quotidien tous les efforts nécessaires requis pour traduire en action les préoccupations lui soumises par le secteur privé en vue d’instaurer un climat des affaires et des investissements apaisés pour que le partenariat public-privé ne demeure un simple slogan, mais qu’il soit plutôt traduit en action réelle palpable.
Le ministère de l’Economie nationale, à travers le Cadre permanent de concertation économique -CPCE-, en partenariat avec les associations patronales et la Société civile, a organisé le Forum économique national, édition 2016, du 25 au 28 avril à Kinshasa. Repartis en quatre ateliers relatifs au climat des affaires et des investissements; à l’énergie et infrastructures; au climat social, développement et recherche ainsi qu’à la production, finances et fiscalité, les 196 experts à ce forum ont examiné et discuté de thématiques et recommandations en vue de dégager de façon consensuelle le niveau d’exécution. Ils ont adopté en unanimité le rapport FENAT 2016 et ont manifesté leur satisfaction pour la démarche consensuelle tout en remerciant les responsables qui les ont délégués à ces travaux et la haute hiérarchie qui a rendu les assises possible. A la lecture du rapport-synthèse des travaux du FENAT 2016, s’agissant du premier point, sur 627 recommandations, 173 ont été exécutées totalement, 272 partiellement et 182 non exécutées. Il s’est dégagé un taux d’exécution de 70,97%, en sommation des recommandations partiellement, 43,38%, et totalement, 27,59%, exécutées. «Cette évidence marque ainsi la volonté du gouvernement de la République de tenir compte des propositions qui lui sont soumises par tous les partenaires sociaux», a indiqué le ministre Bahati. Et de compléter: «fort de ces résultats, sujets évidemment à des efforts supplémentaires en vue de voir croissant le taux d’exécution, je rends un vibrant hommage au Président de la République Joseph Kabila, qui ne cesse non seulement d’inciter les partenaires à la culture du dialogue, mais aussi de créer des conditions idoines pour son exercice dans tous les domaines de la vie nationale». Le ministre Bahati a fait savoir que les résultats du FENAT 2016 dénotent au bénéfice des partenaires socio-économiques nationaux et internationaux, le fait que le gouvernement de la République honore avec abnégation les engagements auxquels il souscrit et que les mesures économiques urgentes offrent en elles-mêmes une opportunité réelle de faire participer tous les partenaires dans une approche consensuelle constructive. Il a également précisé que toutes les recommandations qui n’ont pas pu être concrétisées jusqu’à ce jour ne sont pas rejetées mais, au contraire, les assises du FENAT 2016 les ont reconduites sous forme des recommandations nouvelles ou les ont reformulées pour une meilleure appréhension de la problématique, sujettes à une évaluation lors des prochaines assises suivant la feuille de route du CPCE. «Cette feuille de route sera enrichie de toutes les préoccupations émanant de la tripartite, dont les actions relatives aux 28 mesures urgentes adoptées par le gouvernement le 26 janvier 2016», a promis le ministre de l’Economie nationale.
Partage de connaissances et d’informations
Ces assises ont constitué un cadre propice d’échanges et de partage de connaissances et d’informations susceptibles de contribuer positivement à la bonne compréhension préalable, à une évaluation objective desdites recommandations. «La tripartite qui compose le CPCE, à savoir: le gouvernement de la République, les associations patronales, la Société civile et autres institutions étatiques et observateurs, s’est exprimée en toute liberté d’esprit et d’opinion suivant les thèmes retenus, sans interférence ou contrainte de quelque nature que ce soit», a noté le ministre de l’Economie nationale, Modeste Bahati, qui a suivi personnellement le déroulement combien satisfaisant des travaux, constamment couverts de la perspicacité, l’expertise, la détermination et le sérieux de chacun des experts et participants.
Plan d’action d’investissements
Pour le vice-Premier ministre et ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles technologies de l’information et de la communication, Thomas Luhaka, la principale préoccupation au centre de ces assises était de préserver la RD-Congo contre toutes les menaces tendant à fragiliser ses objectifs de résilience économique pour un développement général pouvant le conduire vers l’émergence à l’horizon 2030. Il a profité de l’occasion pour lancer un appel à tous les partenaires et aux investisseurs afin qu’ils saisissent les opportunités offertes actuellement à travers les 28 mesures urgentes qui sont en réalité le véritable programme et un plan d’action d’investissements. Entre temps, les secteurs public et privés s’engagent, en dépit des divergences éventuelles, à l’issue du FENAT 2016, à tout mettre en œuvre pour la réussite des mesures économiques urgentes en vue de stabiliser la situation économique de la RD-Congo dans le souci de l’amélioration continuelle du climat des affaires et des investissements.
Christian BUTSILA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer